La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2006-10-03 10:30:06 : bondy confidentiel

sur le chemin qui me ramène sur les lieux de ma naissance, une foule de souvenirs ressurgissent
bondy 1976
j'ai 11 ans et je dispute pour la première fois le cross du collège
l'arrivée est au stade léo lagrange sur une piste en cendrée
je finirais 4ème heureux comme tout d'avoir couru la distance (2500m) sans m'arrêter
bondy 2006
je retrouve le stade de mon enfance
rien ne semble avoir changé
hormis le tour de piste en tartan maintenant
sur la pelouse du terrain de foot, je me revoie marquer ce premier but devant mon père tout fier
aujourd'hui, il me supportera pour la première fois sur une épreuve de course à pied
bien qu'aguerri à l'esprit compétition, le fait qu'il soit là engendre une petite pression bien naturelle
je rejoins la ligne de départ
je souris
elle est située face à la maternelle
la buse qui me servait de cachette a laissé place à des jeux plus modernes
un peu plus loin c'est l'école élémentaire
j'aperçois la fenêtre de la classe de CM2 où j'avais osé récité avec éclat et en mime la grenouille et le boeuf devant une institutrice interloquée et un public tout acquis à ma cause
nous sommes quarante maxi pour ce 5km et quelques
pas de stars sur la petite, on se la jouera entre nous
et c'est parti pour un premier tour dans les patés de maisons du quartier pavillonnaire
je prend la tête et tout les risques d'entrée
le premier kilo en 3'22" et je sens que ça va pas le faire
kilomètre 2 - 7'05"...le premier s'envole poursuivi par le second
je me suis vu trop beau
déjà le futur troisième est dans ma foulée
je suis en train de subir méchamment
confirmation dans un faux plat au 3ème km (11')ou je laisse partir une place d'honneur sans lutter
dans la grande avenue qui ramène vers le centre ville j'ai tout le loisir de me remémorer cette poursuite par 3 grands quand j'avais 13 ans pour un blouson trop voyant
je courais déjà pas si mal à cette époque
je traverse une ruelle d'un centre commercial aujourd'hui à l'abandon
c'est là qu'avec mes piècettes jaunes économisées, j'achetais mon pudding au retour du collège
un petit coup d'oeil en arrière pour me rassurer
et me voilà à l'entrée du stade
mon père m'attend sur la ligne d'arrivée
il pensait que j'avais abandonné
à mi-course le speaker m'avait annonçé en 2ème position
ironie de l'histoire, 30 ans après ma première course sur cette piste, c'est encore la quatrième place qui me tend les bras
j'aurais tant voulu gagner pour faire plaisir à mon père
même si la première place en vétéran est anecdotique, on ne récompense généralement que les trois premiers hommes sur ces épreuves confidentielles
c'est ainsi
loin des courses à succès, on coure ici gratuitement entouré de bénévoles de bonne volonté
neuf trois...neuf cube...
par la fenêtre de la voiture qui me ramène dans le val de marne, les vestiges de ce magasin brûlé me replonge dans ces nuits de violences
pas de démissions ni de constats
simplement un regard
en bas de cette barre de grande solitude, c'est là que j'ai grandi
ma ville n'est pas vraiment belle mais c'est ma ville, celle où je suis né

Les réactions

Par Chmat, le 2006-10-03 10:44:41
Excellent ce compte rendu.
Que d'émotion.

Par redrunner, le 2006-10-03 10:47:27
Merci beaucoup pour ton récit.
Drole de coincidence ,il y a 10 jours j'étais a Blanc mesnil voir mes parents et j'ai courru là ou j'ai commencé:stade Paul Eluard,canal de l'ourc,parc de la bergere ,...pleins de souvenirs aussi

Par redrunner, le 2006-10-03 10:47:35
Merci beaucoup pour ton récit.
Drole de coincidence ,il y a 10 jours j'étais a Blanc mesnil voir mes parents et j'ai courru là ou j'ai commencé:stade Paul Eluard,canal de l'ourc,parc de la bergere ,...pleins de souvenirs aussi

Par Cocolan, le 2006-10-03 10:51:08
C'est émouvant !

Par angelo, le 2006-10-03 10:52:35
Raconté comme ça , c'est prenant et touchant.

Merci

Par L'Castor Junior, le 2006-10-03 10:53:37
Beau message, comme souvent (toujours ?) de mielou...

Ton récit en mime devait être quelque chose...

La présence de ton père a peut-être poussé (un peu) la grenouille à vouloir se faire boeuf, mais la grenouille a de beaux atours, et cette place (injustement appelée parfois celle du c.. - je m'en contenterais avec plaisir, ne serait-ce que pour faire, moi aussi, plaisir à mon père) est cependant très méritoire.
Quant aux "barres de grande solitude", y avoir vécu donne une vision de la situation assez particulière : regrets de voir l'autodestruction à l'oeuvre, mais compréhension impuissante des difficultés inhérentes à cet environnement.
Ta dernière phrase et le dessin d'enfants retranscrivent pleinement ce que je ressens avec Les Ulis, où j'ai passé mon enfance, sans remords ni regrets.

Par Colimaçon, le 2006-10-03 10:56:26
Pourquoi une barre de solitude? Il y a u blog à bondy qui est souvent cité sur le web, tu dois le connaitre.
Coli, des 3000 et d'ailleurs comme beaucoup.

Par JP II, le 2006-10-03 10:57:00
Superbe mielou, touchant comme toujours !

Par Steph, le 2006-10-03 11:18:55
Mélancolique tout ça ! Brrrr !

Par serge92, le 2006-10-03 11:39:33
émotions quand tu nous gagne....curieux dimanche dernier à l'occasion du 10km de colombes j'ai refoulé pour la première fois depuis plus de 35 ans la piste "olympique" du stade Yves du Manoir oû^j'ai commencé mes premiers tours de piste et il me semble que j'ai entendu la voix du coach Perrin nous encourager dans le dernier kilo! 6v2 mais tellement heureux de ce sprint dans les derniers de 200m à la bagarre comme en 196....
merçi Mieloupour ton CR

Par Oliver, le 2006-10-03 11:55:08
Non pas mélancolique ! Nostalgique.

Bravo pour ta course. Au moins tu as pris des risques et tu n'as pas couru sur la réserve. C'est pas en restant dans les roues qu'on progresse.

Allez Mielou, encore 3 semaines et demi !

Par titemarie, le 2006-10-03 12:00:34
vrai super CR plein d'émotions !
ca fait du bien

Par Delphine, le 2006-10-03 12:04:02
Ah Mielou! Tu nous en fais des émotions!!!
Merci!

Par Enzo, le 2006-10-03 12:32:56
C'est magique une course racontée ainsi !!!
3'43 sur le 2ème kilo ... y'avait de la pente, non ?? Tactique, peut-être ??

Par mielou, le 2006-10-03 16:11:09
plutôt lactique enzo !
comme le fait remarquer oliver, j'ai tenté ...une autre fois qui sait...
nous avons tous nos secrets d'enfance que l'on garde au plus profond de nous
puis, un jour, on en libère un peu comme pour marquer la trace d'un passé qui s'enfuit
cédric le traileur fou, coli redrunner ou serge92, l'espace d'un instant, se sont rappelés un lieu, une image et les souvenirs sont remontés
chmat, cocolan, angélo, titemarie, jp le magnifique et magic delphine, je vous remercie encore pour vos réactions
elles aussi sont émouvantes car il faut du courage pour oser le dire
eh oui steph, la mélancolie c'est trop triste, trop pessimiste
la nostalgie est plus diffuse
un brin de tristesse, quelques regrets sans doute mais l'envie d'avancer encore...

Par Colimaçon, le 2006-10-03 16:48:40
La joie d'en être parti pour avancer encore?

Par mielou, le 2006-10-03 17:12:44
c'est une question d'horizon coli
partir est un fait
mais on laisse toujours quelque chose où l'on grandit
je dirais plutôt la chance d'en être parti

Par Colimaçon, le 2006-10-03 17:22:17
Bonne correction, "la chance d'en être parti". Je garde une image de Bondy de beau contre exemple des cités coupe gorge. On m'avait dit qu'on n'avait pas intérêt à gagner là bas sous peine de difficultés à rentrer indemmes. Résultat : le club local nous a préparé et offert un pot alors qu'on les a quelque peu bousculé. Un exemple parmis d'autres que les a priori sont souvent la source de ghettoisation. Merci Mielou pour ces moments passés à te lire.
A+

Par xuxu, le 2006-10-03 18:12:02
Sympa finalement cette course truffée de flash-backs, peut-être sans le savoir, il y avait peut-être un ancien camarade de classe, de jeux parmi les coureurs ou spectateurs...

Par mielou, le 2006-10-03 18:49:32
j'ai eu cette redoutable pensée xuxu
j'ai quitté bondy en 1984...

Par Parisi, le 2006-10-03 22:43:47
Bravo pour ta course Mielou et aussi pour ce compte rendu très émouvant !!!
Merci !!

Parisi

Par fartlek, le 2006-10-04 02:36:22
Salut mielou,

un récit confidentiel d'un parcours de jeunesse habilement décrit.

Pour ce qui est de ta course elle ressemble fortement à un test cooper.

Au printemps dernier la piste de Bondy a acceuillit les départementaux benjamins parmi eux de la véritable graine de champions.

rem : on remarque trois dessins similaire à une église avec son horloge et un dessin insolite (mcdonald's) en fin de série ; aussi neuf dessins sur trois rangé soit le signe du 9-3 ;-) @+

fartlek...

Par mielou, le 2006-10-04 10:37:00
merci à toi aussi parisi
je confirme pour la graine de champion fartlek
dans la course il y avait un jeune bondynois de 14 ans devant moi qui tourne régulièrement un 3000 en moins de 10 mn
l'église de bondy mais aussi la mairie (le gros bloc gris avec les drapeaux)
j'aime beaucoup cette fresque

Par fartlek, le 2006-10-04 23:14:50
Costaud le jeune... il fait ça en foulée bondyssante?? mdr le plus important est qu'ils puissent arriver à l'étape sénior sans trop de bobos. Ce faisant, il promets ce bondynois. @+ man

rem : j'ai parcouru une vielle piste en cendré today punaise....

Par Calou, le 2006-10-05 08:30:21
Très émouvant ton récit Mielou...
"Cette ville n'est pas vraiment belle, mais c'est ma ville..."
C'est à chaque fois le même sentiment qui m'envahit lorsque je traverse Sarcelles, ma ville, dans le 9-5 !
Parfois, il m'arrive même de la trouver "belle" !
Calou

Par mielou, le 2006-10-05 09:15:30
à calou
c'est vrai !
même dans les banlieues dortoirs, il existe des petits coins de paradis
nostalgique aussi fartlek ?

Par fartlek, le 2006-10-06 01:19:17
oui parfois mais avec mesure tu vois un athlète comme M. Ali (C. Clay) avait déclaré un truc dans le genre : en 2000 si une personne pense comme en 1970 cette personne aura perdu 30 ans de sa vie. Je trouve cette athlète très intelligent.
Par contre c'était avec un brin de nostalgie que le gardien de ce stade m'a dit que la section athlé n'hésitait plus seuls des collégiens y viennent courir aux heures d'eps. @+

rem : en marchant sur la piste j'avais pensé à jazy... j'aime bien les courses et coureurs des années 70 notamment R. Bouster et les autres cross-men d'époque... peu de publicité et beaucoup d'efforts. D'ailleurs c'est marant qu'avec toutes ces pubs et sponsors les inscriptions aux courses ne sont restées gratuites quant on voit qu'un stade mythique vient d'être accaparé par le groupe Lagardère ça fait bien pitié où la manière de d'appuyer sur un Reset de l'histoire de l'athlé et de l'écrire à sa façon.

fartlek...

Par manga3, le 2006-10-06 21:02:18
Bondy, 10 ans de vie la-bas, juste après Drancy, Bobigny et stain....jamais bien loin des citées dortoirs ou malgrés ce que l'on en dit maintenant, il y faisait bon vivre.....devant un tel récit, je l'avoue, la nostalgie n'est pas loin....j'ai fais un choix, partir loin, au soleil, non loin de la mer et des montagnes......merci de ce récit...je m'y vois encore, route de Villemonble, le stade, la piste, et la voié ferrées.............

Lolo

Par Deepsky, le 2006-10-13 20:03:49
Bravo pour l'évocation, derrière le capiste, un écrivain.

Par titri, le 2006-11-08 16:14:11
je ve etre degrafer ca vou di jaime bi1 les bite

Par laum, le 2006-11-24 15:28:38
Tiens, Bondy, c'est le pays de ta naissance ?
Tu es donc né dans la même clinique que moi. Elle n'existe plus aujourd'hui, remplacée par l'hopital Jean Verdier qui a vu naitre mes 3 enfants.
Bondy ... j'y étais aussi cette année, pour la 1ère fois, mais sur le 10 Km, pour préparer les mêmes championnats de France.
Pas de chance pour toi d'être tombé sur Franck de Livry, il est tout sympa mais finie la rigolade pas en course avec lui, je lui souhaite de trouver très vite la qualif sur 10 km en sénior. Pourtant 3 semaines plus tard, je faisais un meilleur temps (37'42) sur le 5 km de Tremblay que le sien à Bondy. Serais-je donc meilleur que lui ... et que toi? Nenni, à Morlaix, c'est Mielou qui me met une taule avec un déficit de 1'08.
Tu as raison, Bondy n'est pas joli mais le stade assure mieux que celui de Gagny (mon club) et les V1 y sont très sympa. Comme tous ceux du 9 cube ...
J'espère pouvoir vérifier un jour que ta prose est tout aussi belle dans les 300 dernières mètres d'une course, Mielou. Ce sera un signe que j'ai progressé.

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2006-09-28 13:52:08 : du 1500m en petit dèj - 0 photo - 16 réactions

08h35 face à la piste je ne fais pas trop le malin
3 fois 1500m ça peut paraître facile sur le papier
en vrai, même habitué à l'anneau, on peut se poser des questions
le deal est pourtant simple
le 1500m en 5'15" soit du 3'30" au mille ou un peu plus de 17km/h sur 3 tours trois quart
quoi de plus normal pour un gars qui se targue de vouloir atteindre les moins de 35' au dix...
après quelques lignes droites d'usage pour faire monter la pression, je me lance enfin
mine de rien, c'est long un quinze cent !
5'16" - une récup de 3' dans la foulée et c'est reparti
5'17" - quoi...il faut déjà repartir ?
je profite des 500 derniers mètres pour accrocher un groupe d'élèves plus ou moins motivés
5'12" - ça ira pour aujourd'hui...
en trottinant vers une douche salvatrice, je tire des enseignements de cette séance
effectuer ce genre d'exercice tôt le matin peut s'avérer pénible voir dangereux pour un non initié
mais nous ne maitrisons pas toujours nos impératifs privés et professionnels
c'est un fractionné que je réserverais à quelqu'un de vraiment motivé avec un objectif précis
(apparemment le coach me connait...)
il est clair qu'avoir un lièvre ou deux dans ce type de fractionné aide forcément
ce week end, j'hésite entre ce 16x300 (entre 50" et 55") proposé par l'entraineur ou un 5 kil confidentiel à bondy (93)
la prépa continue...

2006-09-26 14:26:46 : si les côtes m'étaient contées - 0 photo - 19 réactions

eh non ! pas de nouvelle histoire
mais une prépa 10km qui commençait à attaquer dans le sérieux
comme ce 8 fois 400 à effectuer à l'orée du bois de vincennes dans cette fameuse côte de gravelle ou route des barrières c'est comme on préfère
pour l'avoir pratiqué en footing, je ne trouvais pas cette montée si impressionnante
cependant, la gravir plusieurs fois de suite allait se révéler riche d'enseignement
le but premier était de travailler les accélérations sur les 100 derniers mètres dans son aspect technique (s'aider des bras et monter les genoux)
si les 3 premiers 400 passaient plutôt bien et dans un temps raisonnable (à titre indicatif en 1'30" pour les habitués du lieu), la suite s'avérait un peu plus fastidieuse surtout dans les 150 derniers mètres ou par manque de lucidité je rendais 3" sur les trois suivants
pendant la récup (trottiner dans la descente jusqu'au départ) je regrettais ces séances de PPG baclées pour diverses raisons plus ou moins avouables
je m'appliquais sur les deux derniers en forcant un peu plus sur cette dernière partie (entre le marquage 250m et celui du 400) pour atteindre les moins d'une trente
il est clair qu'avec de bons abdos (mais pas trop) et une gestuelle plus fluide, il y a moyen de gagner encore quelques secondes et ce travail en côtes a bien fait ressortir mes propres lacunes dans ce domaine
pas fan de la muscu et des étirements il faudra pourtant y consacrer un peu de temps si je veux vraiment atteindre l'objectif fixé

pendant ce temps, un jeune gars en survèt récitait ses gammes entre le 200 et le 400
et vu à la vitesse qu'il grimpait la difficulté, je constatais le fossé qu'il existait entre bon coureur et grand coureur

sur ce, je regagnais tranquille mon abri pour aller chercher mademoiselle anti-cantine et ses histoires de rois serpents et de souris princesse
dans deux jours un 3 fois 1500m (en 5'15") m'attendait sur la piste de maisons alfort
sûr que cela commençait à devenir vraiment hard pour moi...

2006-09-24 16:39:55 : l'incertitude du sport - 0 photo - 9 réactions

il y a quelques jours j'étais encore à la ramasse sur mes objectifs fixés
en dehors des chronos habituels et sans véritables sensations, j'avais l'impression de subir au lieu de dominer mon sujet
peu enthousiaste devant un 6 fois mille qui m'attendait ce dimanche, je changeais d'avis et transformais cette séance par une fois 8km à sucy en brie
petite course de quartier sans prétention avec un départ commun d'un 14km
mon but avoué était de retrouver des sensations au contact du peloton de tête
pour faire bien, j'appelais cela une séance au rythme
dès le départ donné, je compris bien vite que c'était loin d'être gagné
je tentais bien de rester aux avant postes avec cette dizaine de coureurs mais au bout de 3km c'était plié
je les regardais, en vain, s'enfuir dans les premières difficultés
pour ceux qui savent ce que sait d'être chasse-patate, vous vous doutez bien que moralement le final risquait d'être long
surtout que derrière cela semblait résigner puisque par moment j'avais l'impression d'être bien seul
je finissais relaché et commençais déjà à analyser ma course (ou si vous préférez à me trouver mille excuses)
j'abordais tranquille la dernière ligne droite qui séparait le 8km du 14km
quelle surprise de constater que pratiquement tout le monde avait continué son effort sur la longue
incrédule, je franchissais la ligne en 3ème position
après avoir récupéré un tee shirt XL bien bleu ciel et un bidon de 3 litres de minidoux (!), on me conviait à participer à une remise de récompenses officielles avec tribune et speaker
sur le coup, je ne boudais pas mon plaisir
je me rappelais toutes ces courses où pourtant affuté, j'avais souvent raté ces places d'honneurs, futiles soit-elles pour certains mais si grisantes quand on y goutent
en attendant tranquillement mon trophée au son d'un groupe breton qui parlait des malheurs de marins brestois, je voyais arriver les premiers du 14km
une pensée fugitive me traversa l'esprit quand le 4ème franchit la ligne
on appelait déjà les 3 premiers de la courte
une sympatique petite coupe et lots divers clinquants qui enchanterait ma fille
c'est alors qu'on me demanda de rester en tant que premier vétéran qui lui aussi était honoré
une coupe plus grosse, une lampe frontale et surtout une jolie bouteille de médoc 99 qui ne me laissa pas insensible
entre le sentiment mitigé d'avoir quelque part raté ma course et cette abondance de récompenses, je préfèrais jouer profil bas
un ami, 8ème de la longue et 4ème vétéran aurait remporté facilement la courte
il repartira avec ses 3 litres d'assouplissants
je fais partie de ces coureurs anonymes que l'on envie parfois
tel est l'incertitude du sport
clara a trouvé son bonheur avec le porte-clé chien peluche
les coupes sont déjà rangées sur le meuble à chaussures
demain je retournerais travailler le coeur un peu plus léger

2006-09-20 12:29:21 : il y a des jours sans - 0 photo - 8 réactions

comme ce matin où, dès les premières foulées de ma séance de fractionnés, je savais que je serais loin de mes chronos escomptés
beaucoup, sans doute, aurait ramasser leurs pinceaux et repousser cette séance à un jour meilleur
j'ai préféré continuer en me remémorant toutes ses courses effectuées et finies, non sans mal, loin des temps espérés
il est facile de se vanter de n'avoir jamais abandonné même sur blessures (quel erreur quand j'y repense !)
loin de rechercher une quelconque qualité dans ce fait, je me suis souvenu de ce petit plus qui m'a permis aussi de faire la différence face à des adversaires intrasèquement plus fort
aujourd'hui c'était 6x1000 en nature
dans ces kilomètres, plus longs et plus durs que d'habitude, j'apprends l'humilité et surtout à relativiser l'évènement
vous me direz, c'est pas grand chose et finalement quel intérêt à se faire du mal ?
exact, puisque je finis la séance généralement très fatigué
juste moralement plus fort...

2006-09-18 10:56:58 : en quête de reconnaissance - 0 photo - 20 réactions

sans extrapoler sur une société qui, apparemment, oublierait le sens et la signification du mot "bonjour", je me suis juste arrêté aux limites de mon terrain de jeu favori, en l'occurrence le bois de vincennes
si je dois admettre qu'avoir un geste de politesse pour le moindre bipède gambadant croisé pourrait à force paraître suspect voir quelque peu bien lourd, je me suis toujours senti redevable de celui ou celle (beaucoup plus rare !) qui m'adressait ce petit salut amical
parce que, à défaut d'être une blonde à forte personnalité, je n'étais, en fait, qu'un gars de facture basique sans rien de particulier, je me suis donc posé ces questions, oh combien, existentielles
- est ce physique?
- ou bien suis je si insignifiant que personne ne me remarque ?
je décidais de retenter l'expérience non sans être passé une dernière fois par la case miroir histoire de voir si un quelconque aliment de nature indéterminée ce serait subrepticement coincé entre deux dents
sourire avenant de circonstance et petit salut de la main bien rodé, je repartais sur les sentiers parfois méconnus de ce bois peuplé de légendes urbaines en quête de l'ultime reconnaissance
si le premier sourire émanait d'une généreuse dame accoudée au volant d'une rutilante camionnette, je ne comptabilisais pas cette réponse jugée somme toute un peu trop...facile !
mon premier joggeur, un brin surpris par un éclatant bonjour bien sonore, me répondit par une grimace des plus mitigée
je décidais d'être moins provoc dans ma prochaine approche qui se révéla être une jeune fille et qui comme je le redoutais, resta de glace malgré mon sourire de braise
j'eu plus de chance avec ce groupe croisé quelques instants plus tard
3 jeunes gens aux cheveux courts et aux muscles avenants, propres sur eux qui d'une seule voix me renvoyait sur le ton du "garde à vous" mon petit "salut" lancé à la cantonade
m'auraient-il reconnu ?
je prolongeais mes foulées badines le long des grands axes fréquentés mais ne récoltait malheureusement que des soupçons de regards et des miettes de sourires
le mielou show c'était pas pour demain
je regagnais donc mon abri en essayant d'analyser ce mini fiasco mais je ne trouvais pas vraiment la solution
en arrivant, ma fille ( 5 ans) se jeta autour de mon cou en disant qu'elle m'aimait
mes yeux se plissèrent
quel coup saugrenue avait elle encore fait ?
c'est alors que je compris mon erreur
à force de voir de la suspicion partout j'en avais moi même oublié l'essentiel
je la pris dans mes bras et lui chuchota à l'oreille que moi aussi je l'aimais...

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net