La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-05-12 09:46:56 : Alors je cours...

ne t'arrêtes pas !
fonce tout droit sans te poser de questions...

j'ai encore dans la tête ces phrases du sergent instructeur

qu'est ce qu'il en sait lui maintenant au chaud à l'arrière.

ça fait des mois que l'on s'entraine pour aller là bas
dans ce Vieux pays avec ces histoires de Rois et de révolutions

moi, ça me fait ni chaud ni froid
je me fous que leurs filles soient belles.
ma fiancée est de Savannah
et c'est la plus jolie

j'ai eu vingt deux ans hier
on bien bu pour fêter ça
mais aujourd'hui,
dans cette barque en fer
on est tous malades

Et ce bruit sourd à l'extérieur qui paralyse
j'ai du mal a respirer
qu'ils ouvrent et qu'on en finisse !

enfin la lumière
aveuglante
sortir à tout prix du bruit et de la fureur
Alors je cours
autour de moi
des sifflements rageurs

bon dieu ! qu'est ce que je fous là !
le sol se dérobe sous mes pieds
je n'entends plus rien
les genoux plantés dans le sable
mon regard s'attarde vers les dunes
Maman, j'ai peur...
Maman...

Les réactions

Par romain, le 2007-05-12 09:57:55
Salut Mielou,
merci pour ce moment d'histoire et d'émotion , mon frère part en afghanistan cette année , un petit coup de blues ...
bye

Par Sedef, le 2007-05-12 09:57:59
Dimanche 10 juin : marathon de la liberté avec l'arrivée au mémorial de Caen.
Je le ferai un jour, pour le symbole.
Merci Mielou.

Par floflo, le 2007-05-12 10:04:47
J'ai l'impression d'avoir pris un coup de poing dans l'estomac dès la première heure du réveil.. Une chose est sure, ça aide à relativiser.
C'est étrange parceque cette nuit, j'ai fait un drôle de rêve, j'étais dans un centre, (de quoi ? il y avait beaucoup de sanitaires..) Il y avait aussi beaucoup de militaire, dont certains étaient derrière un comptoir, (pas de bar) j'étais de l'autre côté, et je demandais à l'un d'entre eux, de mon côté du comptoir, de bien vouloir m'apporter un de ses shorts (malgré son flagrant surpoids, tant pis je n'ai pas le choix), pour que je puisse être habillée décemment, j'étais fort mal à l'aise sans rien..
C'est sérieux ce rêve, c'est grave docteur ?

Par Mika B, le 2007-05-12 10:21:48
Salut Miélou. Ca fait du bien de remettre les choses à leurs places...
Petits bourgeois que nous sommes sans bravoure et sans audace.....
Merci pour ta pensée...
Partage l'avis et l'envie de SEDEF.
Mika.

Par Belon, le 2007-05-12 10:39:20
Valeur et émotion, avançons... Merci Mielou.

Par calou, le 2007-05-12 11:25:03
Ou quand courir ne rime pas avec plaisir....
Calou

Par jcc, le 2007-05-12 11:38:52
coucou Mielou : la photo est trés belle , ça rappel " le soldat Ryan "
de Spielperg .
@ Sedef , le jour ou tu fais le M.de la Liberté , tu me fais signe .

Par jojo, le 2007-05-12 13:59:49
MERCI tout simplement

Par baghera, le 2007-05-12 14:11:51
Faut il penser à la guerre pour courir derriere quelques nobles valeurs? je viens de lire helie de Saint Marc, 'les champs de braise', et à 16h30, je vais essayer de m'arracher en courant pour faire gagner notre equipe,avec courage et foi, simplement. Le dimanche à St cloud, je cours devant le Memorial...

Par l'AB, le 2007-05-13 09:56:29
C'est si loin là-bas, et la vie est si courte...
Je repense à ces photos du conflit au vietnam, toutes barrées d'un énorme "Why" tranparent, à ces enfants au ventre gonflé de faim en Somalie, à ces éclopés sans bras ni jambes d'Angola, ces mutilés aux machettes à Sulawesi, ces pendus au Tibet, aux charniers du Chili, ces déplacés en Bosnie, ces indiens obèses et drogués dans leurs réserves américaines, aux voitures déchiquetées du Liban, aux soldats torturés en Irak, aux populations Kurdes bombardés par la turquie et gazées par l'ex-république d'Irak et emprisonnées par l'Iran, et cet amas de tristes horreurs qui s'effacent peu à peu des jeunes mémoires victimes de l'incrédule paix, qui pourra croire dans que nous n'étions pas des barbares devant les images de centaines de squelettes entassés par les Kmers rouges dans un improbable passé de notre sanglante humanité, qui pourra croire que notre paix n'était qu'une parenthèse si fragile de notre éternelle actualité. Oui, tous ces "Why" pleurés dans le monde entier me persuadent que pour éprouver sa foi en l'humanité et son courage personnel, il est bien plus ardu et épineux d'emprunter les sentiers de la compréhension, du dialogue, de notre intelligence, que ceux de la guerre, de l'instinct de survie, du "tuer pour ne pas être tué" ou autre "si vis pacem para bellum" et définitifs arguments d'"oeil pour oeil et dent pour dent".
Hugh !

Par gérardM, le 2007-05-13 11:43:32
le mieux c'est de courir en liberté, en pleine nature, seul face à soi même, dès qu'il y a foule, il y a folie.
on peut aimer l'esprit d'équipe, encore faut il avoir l'esprit.
La ruse, est un état d'esprit, contourner les règles aussi, mais où est le véritable plaisir lorsque l'on est pas dans la bonne trajectoire, hors jeu ?
allons, un bon footing et la vie continue, le plaisir avant tout.
gm

Par PARISI, le 2007-05-13 19:30:04
Merci Mielou , mème si ça met un peu le blues de lire cela !!!

Parisi

Par mielou, le 2007-05-14 08:52:06
encore tant de pensées différentes...
une image et des mots,
une réalité qui vous bouscule,
merci aux intervenants et aux lecteurs pudiques.

Par Delphine, le 2007-05-14 09:17:09
Salut Mielou,

Cela fait partie de l'Histoire avec l'espoir que celles d'aujourd'hui, aussi ridicules que celles d'hier, s'arrêtent enfin...

Par mielou, le 2007-05-14 09:32:40
bonjour delphine
comme toutes ces polémiques de ce matin ?
sourire

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2007-05-10 10:08:55 : Débriefing - 1 photo - 26 réactions

Les interclubs, c'était déjà hier.
Je retrouvais la piste pour une séance VMA :
des mille en série
six fois à 3'35" avec récup 200m footing léger
terriblement classique...

Une connaissance m'avait fait remarquer que je courais mes mille moins vite à l'entrainement qu'en compétition.
Je lui avais répondu que c'était peut être cela le secret...
devant son regard intrigué, je m'étais contenté de sourire.

ça sentait l'herbe fraichement coupé sur le stade de maisalf.
ça sentait aussi la fin de saison.

il me restait bien ce semi des sables d'olonnes pour tenter de faire bonne figure
mais l'esprit Vacances l'emportait sur la perf.

Sur un terrain stabilisé, l'école de rugby commencait son entrainement.
J'étais impressionné par l'age des bambins qui s'entremélait pour ce ballon même pas rond.
L'école de la vie...
il devait avoir 5 ans à tout casser le dernier du groupe qui s'était rassemblé autour du coach.
au milieu des chaussettes hautes colorées, parées du maillot de leur club favori, émergeait des têtes féminines.
Le coach parlait et tout le monde écoutait silencieusement.

L'idée m'avait effleuré de me rapprocher de ce rude sport.
mais une stature fragile et une passion plus forte pour la rondeur d'une balle m'avait orienté vers un autre chemin.
pourtant, j'aimais le contact aussi rustique soit-il...

Le tour de piste défilait sans grande conviction
j'étais dans les temps mais sans grande sensation.
j'écourtais ma séance comme ça
simplement parce que je l'avais décidé.

La sagesse de l'ancienneté sûrement...
enfin, c'est ce que je me disais en regagnant le confort ouaté de mon appart'

Courir pour Vivre n'est pas Vivre pour Courir.

C'était décidé
je partirai une semaine en bord de mer avec la tribu.
Ce semi resterait le prétexte
et tant pis pour les perfs
aujourd'hui,
le coach c'était moi...

2007-05-07 14:35:09 : L'invité de dernière minute - 1 photo - 17 réactions

Un samedi soir
sur la piste confidentielle du stade de Bondy
je suis en deuxième ligne
nous sommes 24
le départ est imminent

je viens d'échanger rapidement mon débardeur avec celui du coach pour une histoire de numéro de dossard
une petite anecdote
une petite pointe de pression supplémentaire

le matin même, un bref coup de téléphone confirmait ma participation aux interclubs
ça tombait bien
j'avais repas de famille à midi
je disais -oui, à ce soir alors...
sous le regard circonspect de madame mielou
pour les concessions, on repassera
je débarrasserai la table un peu plus que prévu ou alors lui rappellerai avec sous entendu, son dernier MDP

aucune excuse, aucune raison
j'aime courir
pourquoi devrais je m'en plaindre ?

mon dernier interclubs c'était en 99 sur le stade de saint ouen
un inter-départemental
engagé sur le 5000m, j'y avais réalisé ma meilleure perf sur la distance
un 16'32" sans pointes qui me laissera quelques regrets dans ma quête officielle d'un moins de 34' sur 10km

ce soir, le contexte est différent
je n'ai plus d'intéret personnel à défendre
on m'a demandé de venir pour "faire le travail"
alors, je suis là
j'entends déjà les ames chagrines
bouche-trou, faire-valoir...
il n'y a que le terrain qui m'intéresse
les paroles s'envolent quand on est compétiteur

et il va en falloir de l'envie
courir un interclubs en promo national 2 vous donne une certaine idée du challenge à relever

dans les minuscules tribunes du stade de Bondy, il y a mes parents et un de mes neveux
pour me rappeler que j'ai grandi à 400m de cette piste qui à vu mes premières foulées quand celle çi était en terre
j'ai bien envie de faire le show rien que pour eux
mais le 5000m piste n'est pas une course comme les autres

je rejoins mon coach pour un dernier footing et quelques accélérations
lui aussi est engagé sur ce 5000
les vieux au pouvoir !
je plaisante beaucoup
lui un peu moins
au niveau des sensations, il est un peu dans l'expectative
pourtant le deal est simple
bien partir et tenir le plus longtemps possible

avant notre épreuve, le club est en deuxième position derrière le GANG(!) de noisy le grand
à peine 100 points nous sépare
un dirigeant nous le fait remarquer juste comme ça
une petite poussée d'adrénaline ça ne peut pas faire de mal

dans un coin du stade, sylviane Félix récite ses gammes
elle fait partie de ce fameux GANG
noyée dans les couleurs chatoyantes et colorées des 12 clubs présents, elle aussi est là pour le job
elle sait qu'avec son statut, elle attire les autres vers le haut

on s'appoche doucement de la ligne
coincé entre deux maillots verts de l'AS Pierrefitte, je ne me fais pas d'illusion
c'est clair, je vais me prendre un tour

c'est parti dans un brouhaha digne d'un grand meeting
et ça va vite d'entrée, très vite
je me cale derrière un maillot jaune de st maur
tandis que le coach vient me souffler dans le dos
03'25" au premier mille
les encouragements fusent à chaque tour
allez vincent !, allez l'ASA !, allez maisons alfort !
ne rien lacher, pas encore...
3000m en 10'25"
c'est bon, j'ai pas pris un tour, le coach ne m'a pas encore rattrapé mais je commence un peu à piocher
le temps d'y penser et les trois premiers me dépose comme une fleur dans un virage
il reste pas beaucoup de tours
c'est pas le moment de flancher
mais relancer sur une piste quand vous êtes au maximum de vos possibilités n'est pas un exercice facile surtout quand c'est vous l'acteur
le dernier tour approche et mon maillot jaune se rapproche
un dernier coup ?
je joue le présomptueux en le doublant à la sortie du dernier virage
mais ces jambes de jeune senior me ramène à la dure réalité dans la ligne droite
17'30" au final
un score correct ma foi
pour la première fois, le coach finit derrière moi
je vais pouvoir enfin me vanter
à ce moment, je sais que l'on vient de marquer des points importants
les athlètes du GANG ont pris un tour par ceux de l'ASA
ils ne reviendront plus
comme le soulignera le président du club, l'expérience et la motivation de la vieille garde a parlé

sur la piste, les relais s'activent pour les dernières épreuves
filles et garçons, c'est du costaud
à eux de terminer le boulot

je rejoins la voiture
une famille assoupie m'attend à la maison
il est déjà si tard
un dernier regard vers une fenêtre qui s'éteind dans la barre HLM
c'est la fenêtre de ma chambre
celle de toute mon enfance
entre nostalgie et rangaine, j'aurai pu pleurer sur mon sort

j'aime me rappeler ces souvenirs d'avant pourtant
de ce premier but officiel en junior sur cette pelouse
de ces premières foulées
quand la piste était en terre...

la clameur s'élève dans la nuit
je souris encore
il est bien tard pour se souvenir

2007-05-02 18:32:09 : le pied sur la ligne - défi du Schlossberg - 1 photo - 20 réactions

pas de records en perspective ni de chronos qualificatif pour ce drôle de 10km couru ce premier mai dans cette ville mondialement connu des fans de patricia Kaas

si ce n'est le fait que mes beaux parents habitent FORBACH, je crois bien qu'en tant que banlieusard patenté, je ne serais jamais passé par cette ville

on peut imaginer aisément une ville de bassin houllier, âpre triste et sans âme aux mines fermées depuis longtemps et traînant sa misère à fleur de peau

pourtant son regard est tout autre

lors d'une reco la veille, sur LA principale difficulté de l'épreuve, une côte de 16 pour cent qui vous casse la moyenne pas seulement par enchantement, j'ai croisé une dizaine de coureurs et coureuses
TOUS m'ont dit bonjour et l'on sentait que cela venait du coeur
ici on ne se sent pas les fesses
on est....tout simplement
le lendemain, lors du rassemblement des coureurs pour leur donner les dernières infos sur le parcours, même respect entre adversaires d'un jour

nous ne sommes pas nombreux au départ
à peine 100 et seulement 8 féminines !
course pratiquement confidentielle qui souffre d'une non publicité évidente
pourtant elle mérite d'être connue un peu plus loin que la moselle cette épreuve

le parcours pittoresque et sélectif à souhait emprunte des chemins verdoyants pour rejoindre le parc du Schlossberg
dès le kilomètre 4, les 16% vous chopent direct aux mollets, calmant toute velléité offensive pour ma part
une petite relance à mi hauteur pour aborder la montée dans les ruines du chateau et nous voilà taillé dans un cadre somptueux
à peine le temps de récupérer qu'il faut replonger dans la pente vertigineuse
on croise les premiers et les poursuivants histoire de bien se situer
un petit tour encore dans la verte et c'est déjà l'arrivée
on aurait presque des regrets
je suis persuadé qu'en grattant un peu plus sur les collines avoisinantes il y aurait moyen de voir plus loin...

organisé par le club de triathlon local qui ne dispose pas de moyens financiers conséquents, j'ai trouvé l'accueil simple, précis concis
il suffirait d'un "bouche à oreille" plus raisonnant pour attirer la jeunesse et toutes ces charmantes joggeuses que j'ai pu croisé la veille
il y a encore quelques frontières à franchir mais j'ai bon espoir


PS:
dorénavant
à chaque fois que je m'alignerais sur une épreuve
je l'intitulerais "le pied sur la ligne"
comme une rubrique
où j'essaierais de vous faire vivre cette compétition de l'intérieur
non plus à coup de chronos ou de temps de passage mais plutôt à la sensation

en espérant que ce concept vous plaira

votre serviteur
mielou

prochaine compétition prévue
semi des sables d'olonne le 26 mai

2007-04-27 12:00:25 : Le Tournant - 1 photo - 35 réactions

j'aurais pu aussi l'appeler le sens du vent

ces derniers jours, je sentais bien que mes envies changeaient
il y a soit disant un temps pour tout
j'ai pris le mien en passant

on a tous notre propre histoire et nos convictions sur cette passion qui nous rassemble

la seule infidélité que j'ai eu pour la course à pied est cette attirance parfois irraisonné pour le foot
la Parfaitude m'aurait rendu trop lisse

pour avoir eu cette chance d'avoir commencé en cadet et d'arriver en vétéran, je pourrais me targuer d'une éventuelle sagesse sur la question
il n'en est rien

je pourrais écrire les peines et les gloires du coureur à pied à l'infini tant j'ai d'anecdotes qui remontent à la surface
mais par rapport à qui, à quoi ?
même si j'ai été et reste encore un coureur d'honnête niveau, je resterais cet atypique coureur anonyme

on a tous nos objectifs, nos buts et quelques rêves à réaliser
mais ce perfide temps passe avec cette peur que tout s'efface...

j'arrive à ce fameux virage
mes records resteront des chiffres désuets
mon niveau à moi de quand j'étais bon (sourire)

heureusement, tout est relatif
je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin
ma vision évolue sur d'autres défis, d'autres sensations

je courrais encore des courses au chrono
pour me qualifier in extrémis à ces fameux championnats de France qui vous ferait presque prendre de l'importance dans les yeux du non initié
quel intéret me direz vous ?
et comme un vieux briscard je vous répondrais bien entendu :
c'est le chemin pour y parvenir qui m'intéresse pas la finalité

le premier mai, je serais au DÉFI DU SCHLOSSBERG à Forbach
un dix kil fort sympathique et particulièrement relevé dans les deux sens du terme
j'irais en free lance, sans entrainement spécifique
je tourne au footing de récup' en ce moment (le hic c'est en récup' de quoi ?!)
sûrement les petits oiseaux et les fleurs et de nouvelles pensées...

avec cette sensation agréable de juste se dire :

Allez, mets tes runnings comme ça
juste pour le fun
et pars gambader sur les routes et les chemins sans te soucier du regard des autres
il est bien encore temps de se retourner ou de se trouver des excuses
Alors cours et tais toi
Reviens, quand tu auras touché l'horizon...

2007-04-24 09:22:57 : Le coureur aigri et bleu - 1 photo - 34 réactions

il ruminait sa rancoeur tout en lacant ses runnings
le boss l'avait harcelé toute la journée
une histoire d'obligation de résultats, un grand classique
il avait attendu avec impatience mal contenue, la fin du boulot
enfin, la délivrance
après avoir surmonté une heure de transports en commun au milieu des mines fatiguées, il allait enfin revivre
cette passion de la course à pied était récente
lors d'une soirée un peu trop arrosé, il s'était vanté entre potes de pouvoir courir le marathon de Paris
le lendemain, il était parti à décat' s'équiper de la tête au pied
la première fois qu'il couru, ce fut le cauchemar
20 ans de sédentarisation, d'alcools et de cigarettes, couplés à une vie dissolue ne s'oublie pas en un footing
mais il avait persévéré
et contre toute attente s'était pris au jeu
ces copains avaient déjà jeté l'éponge alors que lui continuait inlassablement
enfilant les kilomètres jour après jour
oh, bien sûr, il se permettait parfois des écarts de conduite
sa vie de patachon reprenant parfois le dessus
mais ses excès diminuaient de façon significative
il avait perdu du poids, sa silhouette s'affinait
il était moins jaune et son haleine s'améliorait
cependant, il lui manquait quelque chose
ce soir, le moral n'était pas terrible
la douleur au genou était revenue, insidieuse
un sentiment de lassitude semblait s'emparer de ses convictions
derrière la fenêtre, la pluie et le vent s'étaient invités comme pour mieux l'inciter à rester derrière son écran d'ordinateur
une nouvelle addiction là aussi
il avait découvert courseapied point net et depuis était accroc au forum
il n'intervenait jamais mais suivait avec attention son évolution
il y avait aussi ce drôle de gars, mielou et ses d'histoires parfois compliqué à comprendre
ça le faisait marrer de temps en temps de le lire
puis il y avait aussi toutes ses filles que l'on espérait seules
après y avoir jeté un dernier coup d'oeil, il s'était élancé dans les escaliers de sa triste tour pour rejoindre le petit parc de verdure
mais les sensations étaient vraiment mauvaises
et les éléments s'en donnait à coeur joie, s'abattant sur lui comme un fait exprès
ça sentait le trop plein
la rage qui déborde
pour la première fois, il eu envie de s'arrêter
marcher enfin
et crier au monde entier que tout cela ne servait à rien...
c'est alors qu'il la croisa
elle semblait fragile dans sa foulée de souris
trottinant avec obstination dans le vent contraire
avec ces cheveux mi longs mouillés, elle était sublime
arrivé à sa hauteur, elle lui décocha un sourire resplendissant
scotché, il en resta interloqué
peu à peu le ciel se déchira pour laisser entrevoir l'espace bleu
sa vie ne serait plus comme avant à partir de ce jour, pensa t'il
puis ce parc n'était pas si grand que cela
la douleur avait disparu
la foulée devenait aérienne
oui
sa vie ne serait plus comme avant...

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net