La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-06-23 20:10:16 : Courir à perdre haleine

Si la mort n'est pensable ni avant, ni pendant, ni après, quand pourrons-nous la penser ?

Cette citation d'un certain philosophe Français, Vladimir Jankélévitch, m'a donné envie de creuser un peu...
Histoire de gagner du temps, il va de soi !

je me suis remémoré toutes ces situations où je me suis retrouvé face à Elle
Du banal accident de voiture bien mortel au crash hallucinant d'un avion de ligne
en passant par le suicide horriblement ordinaire au meurtre plus que sordide

puis j'ai pensé à moi
A mes bientôt 23 ans aux services de l'Etat
A ce que j'ai pu boire, fumer et manger, forcément à outrance sans oublier le sexe (si ! si ! ça tue je vous assure !) en menant de face, de front et de côté, une vie un brin débridée et un job des plus exigeant, tout cela sous les aboiements stressés de Chefs fatalement dépassés .
A ces nuits, aussi, réveillé en sueurs, par des palpitations aux relents morbides.

pourtant,
Je continuais à courir
comme si de Rien n'était
comme si rien ne pouvait plus m'arriver...

J'avais le beau rôle, maintenant, de jouer au Sage
Celui qui Savait
ressortant, tel Artaban, sa science infuse par une citation bien placée

Bien sûr,
J'ai bien pensé répondre sur le post qui avait entrainé ce drôle de débat sur la Mort

Mais j'ai fait le choix de ne pas prendre parti
surement par lâcheté chronique

je n'étais revenu de rien finalement
Simple acteur avec ces mots à lui

j'ai préféré la jouer perso
sur mon blog
où je peux jouer au donneur de leçons à l'envi
horripilant le bien-pensant sans vergogne

ah, l'Egoïsme !
tout un Art...

Je pouvais partir, dans un souffle
tirant ma révérence à mon maigre public
méditant ou essayant(!) sur cette dernière citation de feu Vladimir

On peut déclamer sa maladie ou réciter la mort des autres, mais sa mort propre, on la meurt toujours avec naturel.

Les réactions

Par bello59, le 2007-06-23 20:52:17
@MIELOU : tu fais quoi comme job si c'espt as indiscret ???

Par bello59, le 2007-06-23 20:52:43
Si c'est pas indiscret

Par Mika B, le 2007-06-23 20:53:53
Salut miélou. Punaise 23ans au service de l'état( dans le civil ça équivaut à 12 ans)Oui excuse moi, suis un ancien, qui a bossé des 2 cotés.....
J'en veux à personne, il faut de tout pour faire un monde...............
Suis désolé pour ce post qui a foiré,
laure -baghé(je cite)(on oublie le décé?)qui a foiré certainement sur un détail peu important.........
et l'important c'est la rose, (merde me vla encore parti sur' peu importe)
mais je voudrais dire,je peux?
il y a assez de conneries par le monde,Allez les filles, laissez les mecs se tabassés(il doivent montrer leurs virilités) mais vous??????????
Je vous embrasse toutes,méme, si vous me balançez vos casseroles à la téte.
Miélou: excuse moi, d'avoir dévier ton post......Suis pas cleen ce soir...Mika

Par FreddieC, le 2007-06-23 21:43:29
.."Elle"..

vue ..sentie..entendue..près et souvent..

on s'habitue à en voir les "façons"..

mais.. toujours rien à Savoir ...



Par Delphine, le 2007-06-23 21:48:51
Coucou mielou,

Moui tu as du en voir des vertes et des pas mûres dans ton boulot.
A chacun son avis sur le sujet, suivant le moment, son vécu ou sa personnalité.
Pas pris parti non plus car une interprétation écrite est vite faite...et c'est pour cela je pense que le post est parti en sucette.

Allez va: demain on tombe le mythe Mielou..Tu vas rire: même pas sûre de te reconnaitre :o)))

Par Belon, le 2007-06-23 22:00:23
B'soir mielou
Ta reflexion est tout à ton honneur, le scrupule ou quelconque déclamation ne sont rien face à la réalité.
J'ai eu la chance de "penser" ma mort pendant (cf tes toutes 1ères lignes).
Moment non choisi mais imposé et moment de vérité, je crois bien que l'instinct de survie est très fort chez certains et surmonter "l'épreuve" donne une toute autre dimension a "la" vie et au recul sur l'important et le moins important.
Désolé d'être aussi long, mais mon vècu proche fait que ce sujet m'est très sensible et m'incite à croquer toute la vie qui elle est naturelle...

Par Baghera, le 2007-06-23 23:19:37
sujet si sensible que je garderai pour moi desormais le seul mot qui vaille : respect silencieux

Par l'AB, le 2007-06-24 09:37:00
Pourquoi les chefs sont-ils toujours fatalement trépassés / trépanés ?
Je ne suis pas enclin à respecter la mort puisqu'elle ne me respecte pas, je ne respecte que les morts que j'ai connus respectables comme d'ailleurs les vivants, je compatis à la douleur des survivants pour peu qu'ils en aient. Je ne sers pas un Dieu d'amour, juste quelques semblables, si égoïstement humains. Ta peine me fait peine parce que je t'aime, alors je vais la soulager pour me réconforter.
Merci Miélou d'avoir blogué.

Par , le 2007-06-24 09:37:11
Courage Pinot!

Par romain, le 2007-06-24 10:00:12
Bonjour Mielou ,
Un gros M...E en retard pour ce marathon à Choisy !
Merci pour cette lecture aérienne malgré le thème sérieux et lourd qu'est la mort et qui nous concerne tous .
La mort fut très proche de moi également , j'y ai réfléchi et y pense encore souvent même si je suis jeune , (je cotise déjà à la Prefon pour ma retraite :o))) )
plus sérieusement , ma philosophie de vie est quand il est trop tard , il est trop tard pour vivre , donc vivons tout en vivant ... la vie est à nous , et on en a qu'une , alors ne laissons personne d'autre nous la prendre , et surtout pas Elle .

Par Pépito, le 2007-06-24 23:13:55
Arffffffff, du "Jankélévitch" dans un forum da CAP, où vas t-on ?
;o)

Je partage avec Wladimir le fait d'être né au même endroit à quelques années près.

"La mort est la maladie des bien portants et des malades. Quand on n'est pas malade, on est encore quelqu'un qui doit mourir."WJ

Par mielou, le 2007-06-25 09:40:03
bonjour à tous
mon job n'est pas indiscret bello59
je travaille pour la Gendarmerie

salut à toi Mika B
tu as raison de souligner qu'on en oublie l'essentiel, parfois
Savoir écouter...
cleen ou pas cleen, tu restes toujours Mika

FreddieC
tu fais partie de ces personnes qui affrontent ce qu'il y a le plus terrible à supporter
la fin de vie.
Baghera aussi, connait bien ce milieu
pompiers, infirmières, policiers...et tous ces jobs qui vous confrontent un jour ou l'autre à la misère humaine.
on peut en rire, s'en moquer mais on ne peut rester indifférent.
On s'accroche pour des Riens mais qui sommes nous finalement ?
A défendre nos propres murs sans savoir vraiment...

tu as de beaux yeux, tu sais Delphine
puis le mythe est tombé, tout simplement
aujourd'hui tu devrais me reconnaitre avec un peu plus de facilité...

tu n'as pas été long Belon
au contraire
Croquons !
demain arrive si vite que j'ai peur d'oublier hier...

sourire
sieur l'AB, pour pouvoir critiquer les Chefs, il a fallu que j'en sois un...
Compatir de l'intérieur n'est pas expressif
serions nous des sauvages ?
Moi, oui...

pour l'inconnu
du courage, il m'en manque parfois
j'ai bien ri lors de la sortie de ce film qui commence à dater...
tu aurais pu citer aussi Louis et les extra terrestres
merci pour ce trait d'humour
il fallait oser

Facile à dire Romain !
Je crois bien qu'une façon ou d'une autre, la Mort c'est plus fort que Nous !
mais en statistiques nous sommes quand même bien placé pour en profiter encore...

bonjour Pépito
impressionnant ce départ commun hier
tu fermais bien la route
Bourges, j'y suis passé en coup de vent
j'ai fais mon service du côté de Châteauroux
Un coureur à pied va toujours quelque part et souvent sans le savoir vraiment

Par bello59, le 2007-06-25 16:45:00
moi c'est la police ...

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2007-06-22 09:36:25 : Lettre à l'AB - 1 photo - 10 réactions

21 juin 2007, 16h35, post Victor Hugo IX...

-Tu te fais rare Miélou, et je me fais triste. Finalement tu es plus malheureux quand tout va bien à moins que tu sois à l'agonie, quota de visites au bar excédé, mots en souffrance, plus un vers pour soulager tes maux, alors quoi, on ne rase plus gratis chez l'VH ?!?...


J'ai essayé de trouver des excuses
des jolis mots pour tenter de faire croire que la Fatalité c'était pas vrai.
Je suis resté sur ma Fin...

On peut s'emmener sur tous les chemins du Monde
s'évader en un mot
puis disparaitre sans vraiment s'en rendre compte.

Il faudra bien se faire une raison.
bonne ou mauvaise
j'aime pas dire que c'est ainsi.
Alors, je me fais des histoires qui laisseraient sur la faim
qui donneraient envie d'avoir envie.

Combien de bloggeurs et de posteurs ont sombré sans laisser une trace de leur passage ?
Terrible lieu
Où l'on peut s'aimer, se détester dans l'indifférence générale.

Je me souviens des jours d'Avant
et la nostalgie m'embrouille les yeux
Je ne reviendrais jamais, pour de vrai, en arrière.

Mes mots sont sans doute mes maux
quelque part, je cherche ce chemin qui me libèrerait

Accoudé au comptoir de mes illusions
je trinque avec vous
essayant d'exister au fond de verres incertains

Attendant, incrédule
le signe de ce maudit destin...

2007-06-20 16:28:18 : Le footing idéal - 1 photo - 22 réactions

J'ai rempli de silicone mes chaussettes pour atténuer ce nouveau locataire qui s'est installé sous mon pied droit
Il faudra bien penser à changer les wave aéro
c'est vrai qu'elle ne ressemblent plus à grand chose depuis que je les emmène courir sur ces chemins incertains...
inquiet, je regarde par la fenêtre, débouler de vilains nuages gris
ils ont les larmes aux yeux
j'hésite entre de rage ou de désespoir
une certitude, dans les deux cas, la douche sera froide

Il m'est arrivé d'imaginer ce footing sans douleurs, sans contraintes au rythme idéal sous un vent léger et caressant.
Tout était agréable, même le sourire de ces charmantes joggeuses croisées le temps d'un regard.

Je me rappelle avoir lu des tas d'articles sur le footing parfait
tout semblait si facile, si beau.
On se serait presque cru en état d'apesanteur.

ah, mon humeur badine !
j'en ai connu, pourtant, des footings heureux
où le sol défilait comme dans un rêve, des pensées insouciantes pleins la tête.

Mais ce n'était qu'une promenade,
juste une simple promenade...
Cela ne pouvait être cet exercice sensé vous faire progresser dans la quête légendaire de cette poignée de secondes qui vous changeait une vie.

Je tente bien, parfois, de ralentir,
de regarder un peu plus loin que le bout de mes runnings
j'essaye même de l'écrire

pour le dessin
pas besoin de vous en faire un
Je n'ai pas le monopole...
de vos footings.


PS : Photo et début de poème tiré du site:
http://www.trekearth.com/gallery/Europe/France/photo408729.htm

L'ombre épaisse fuit ;
Le rêve et la brume
Vont où va la nuit ;
Paupières et roses
S'ouvrent demi-closes ;
Du réveil des choses
On entend le bruit...

Victor H.



2007-06-16 15:17:39 : A force d'habitudes... - 1 photo - 16 réactions

J'ai repris le chemin de l'entrainement.
Je ressens encore la petite pointe sous le pied mais je m'y ferai,
comme d'habitude.
Je suis parti faire mon tour, toujours le même quand je reviens de quelque chose.
Mes pieds le connaissent par coeur, ils savent où se trouvent les racines assassines.
45 minutes pour s'évader ailleurs et, pourtant, toujours sur le même chemin.
La pluie s'est invitée sans que cela me gène.
5 ans de CAP en Finistère m'ont vaccinés pour l'éternité.
J'ai cru bon me rappeler ces années folles où rien n'était acquis et ces remises en question perpétuels.
J'en avais oublié que la vie ne se résumait pas qu'à son propre monde.
J'avais beau me dire que je devais sortir de la routine, étonner ma femme tous les jours,
rien n'y faisait
Je restais scotcher dans mes baskets
d'ailleurs, je n'aimais pas dire Ma femme,
je préférais dire, Celle qui m'accompagne...
Elle ne m'appartenait pas et mes efforts pour la retenir n'avaient rien de glorieux.
On peut penser ce qui nous arrange, on peut même se mentir, l'Homme idéal n'existe pas.
A cet instant, sous la rincée, complètement à la ramasse, j'aurai pu être le plus malheureux des hommes.
Si ce sourire accroché à mes lèvres me donnait plutôt l'air d'un vilain petit insolent.
Sur le retour, j'avais déjà les réponses toutes faites.
J'étais redevenu le Mâle qui se croyait dominant, surtout qu'un rayon de soleil venait de pointer son nez.
Remplis de certitudes, je franchissais tout frais, la porte de l'appart.
Ma vie d'avant, d'ivresse et d'inscouciance, m'avait ouvert les yeux sur la force des habitudes.
En un clin d'oeil,
Le regard désarmant et la mine boudeuse de ma petite conscience en avait balayé tous les nuages...

2007-06-14 10:17:00 : Saturations - 1 photo - 20 réactions

Il y a des jours comme ça,
où la dose prescrite semble dépassée depuis longtemps.

Je hais ces instants de trop-pleins
quand rien n'avance,
quand on ne trouve pas la réponse.

on se dit que c'était la course de trop,
une mauvaise gestion de l'entrainement ou la faute au soleil
pourtant, le lendemain, on y retourne
tel un forçat de la route.

Mais rien n'y fait,
la blessure devient insidieuse.
Des pieds, elle monte à la tête
et on se retrouve à en vouloir au monde entier,
affalé dans son canapé devant sa télé

Ca énerve, bien sûr, madame
qui en marre de se répéter
sur l'entretien tacite de l'appart.
Et ma conscience qui en profite pour me gaver
avec ces histoires de princesses

Il y a des jours comme ça
ou tout m'enchaine ou rien ne va.

Mais ça n'arrive qu'à moi, c'est sûr.
Les autres, ils savent...

il ne me reste plus
qu'à promener un semblant de mélancolie
histoire de se faire plaindre

et je recommencerai
encore et encore
à vous emmener sur ces chemins incertains...

2007-06-12 10:19:44 : Dans cette bulle où l'on cours... - 1 photo - 20 réactions

Je souhaite répondre aux intervenants du dernier blog - Dans ta bulle...

J'aime votre diversité d'esprit.
Vous me le prouvez à chaque fois que vous réagissez.


C'est en regardant le clip de diam's que je me suis penché sur les paroles.
On y retrouvait les clichés type qui collent à la peau de ceux qui grandissent dans les cités dortoirs.
J'ai un avis bien personnel sur cette chanteuse.
je retiens qu'elle est partie de rien pour devenir ce qu'elle est.
elle ne s'est pas faite toute seule et à su s'entourer des bonnes personnes
car des petits diamants bruts, il y en a plus que l'on croit mais ils n'auront jamais la chance d'être découverts
Pratiquement tout le monde à déjà entendu ou vu du diam's.
Provocatrice et pas vraiment belle, elle dégage, pourtant, un côté animal farouche qui m'a inspiré.

En transposant une histoire de coureurs j'ai plutôt chercher le pamphlet tout en gardant la dureté d'une froide réalité.
Son histoire de jeune fille, fatalement, prise au piège de la cité devient celle d'un anonyme qui ne se rend plus compte que la course à pied est devenu, essentiellement, son mode de vie.

Maintenant,
Certains se posent, bien sûr, la question de l'intérêt d'une telle démarche.
Répondre que je n'attends rien serait hypocrite.
Pourquoi avoir choisi un site de course à pied si je veux écrire ?
justement parce qu'il est plus difficile de séduire un public qui, à la base, n'en a rien à faire de vos états d'ames.
Rassurez vous, sur les sites spécialisés en écriture c'est encore pire !
puisque l'auteur ne s'arrête qu'à son propre écrit et que le lecteur, avisé, ne se contente que de passer.

Mon projet (eh oui j'en ai un ! ) ne sera ni sur la course à pied, ni sur la banlieue mais sur mon job.
J'irai donc proposer un essai devant un public connaisseur et normalement acquis à ma cause.

Pour en revenir à vous
Au fur et à mesure, vous vous êtes habitué à voir du mielou dans le texte.
Devenant de plus en plus exigeant pour certains.
Tant mieux !
J'aurai pu croire qu'il était aisé d'écrire.

pourtant, la base est simple :

Exemple, je prend un coureur en short et runnings
je lui dessine de grands yeux coquins pour qu'il devienne un coureur de jupons et je rajoute une femme avec un regard extérieur sur la scène et qui lui répond - Tu peux toujours courir !

il en ressort trois avis sur la question
et des milliers de façons de penser ou d'imaginer la suite

On peut apprécier mes perfs en CAP sans pour autant trouver un intérêt dans la façon de le raconter, encore moins sûrement quand il s'agit de trouver une philosophie à l'histoire !
Et vice versa.

Ce blog me permet d'appréhender toutes les situations.
A moi de m'adapter à l'actualité ambiante.
N'est ce pas un des facteurs de la réussite ?

sourire

En remerciant les différents intervenants et les lecteurs discrets

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net