La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-08-12 20:45:14 : Pour ceux qui voudront courir sur les mots

Non,non !
pas d'histoire CAP aujourd'hui !

juste un avis pour ceux qui aiment lire...

http://mielou.neufblog.com/le_monde_de_mielou/

Désolé d'avoir dérangé,
je me sauve déjà.

mais, promis, demain je reviens pour une réflexion sur la course à pied qui devrait intéresser la gent féminine.

mielou
en coup de vent

Les réactions

Par L'Castor Junior, le 2007-08-12 21:07:06
Mémoires passionnantes, à n'en pas douter.
Est-ce déjà l'heure de les écrire ?
L'Castor Junior_ki_les_lira_en_tout_cas...

Par Brinouille, le 2007-08-12 21:26:21
il est encore tôt pour l'avis, on attend la suite.

Par gérardM, le 2007-08-12 22:46:11
bonsoir Vincent,
je pense qu'il est temps d'écrire ton livre, ce que tu as vécu ne peux rester en toi, tu as besoin de communiquer ton histoire peu ordinaire.
Tu possèdes un talent d'écrivain, ce qui ne gâte rien, alors vas y, je suis persuadé que ce sera très bien.
amitiés
gérard

Par gérardM, le 2007-08-12 22:47:49
ne peut, PEUT
il faut se relire avant d'envoyer, ne pas se précipiter.
GM

Par fartlek, le 2007-08-13 01:19:35
Salut Mielou,
Je me souviens que dans le blog poème tu avais commencé à esquisser ton récit. Je n'avais pas capté qu'il s'agissait d'un récit autobiographique même si le style d'écriture, la précision du détail et le choix des mots faisait ressentir ta présence or en fonction de la date je te trouvais bien trop jeune pour être enrollé dans un coup pareil. En effet, l'année dernière tu avais évoqué un cross-coutry à Berlin 1986 à cela nous avions clignoté sur le mondial (au passage le récent bouquin d'Hidalgo c'est de la balle....) à présent je comprends beaucoup mieux l'importance de ce récit et le désir que de livrer ton témoignage ce faisant inédit 20 années après les faits.
Les sociétés en Océanie sont connues pour être les plus primitives au monde à ce sujet l'éthnologue M. Godelier a consacrer une large partie de ses études sur ces espaces autrement dit des sociétés coupées du monde. Dans ce contexte je formulerai ces quelques questions : Quelle est la nature des intérêts de la France en Nouvelle-Calédonie à cette époque? Dans quelle mesure la Nouvelles-Calédonie est devenue un problème français? En matière de sécurité le système est faillible sur une île isolée du monde alors pourquoi autant de risque face à un danger inéluctable? Que penses-tu des visées impérialistes des pays occidentaux? Il est question d'une prise d'otage or le mot capture semble le plus appropriée au contexte par conséquent ne penses-tu pas que le prise d'otage est davantage du côté français qui en envoyant au casse-pipe un panel de gendarmes dans les tropiques à sur les prendre en otages et les faire capturés? Pourquoi en matière d'ordres notamment lorsqu'ils deviennent cyniques la part de raison est absence?
Au cours de ton récit je souhaiterai bien lire quelques éléments voir piste de réponses à ces questions car ton récit à d'abord pour défi de contextualiser cette épisode.
A très vite.
Bien à toi,
fartlek...

Par Romain, le 2007-08-13 08:59:54
Bonjour Mielou,
Bonne continuatioin à toi , ne t'arrête pas en si bon chemin surtout , même s'il est long .
Je n'arrive pas à mettre de commentaire sur ton blog , pour répondre à ta demande concernant l'introduction à l'histoire d'une partie de ta vie . Alors je le mets ici . Je me permets de le faire puisque tu le demandes , autrement , jamais je ne me le permettrais , tout écrit reste subjectif et personnel à son auteur .
Ton introduction est magnifique , on entend presque une musique de fond , genre celle de Stars Wars pour ouvrir ton histoire sur un ton grandiose , les mots sont très bien choisi , et l'image de l'avion magnifique !
mais , y a une phrase qui vient minimiser tout cela , un peu en contre sens avec le reste , et qui n'est pas du même champ lexical , noitamment de la tragédie qui reste le dernier mot de l'introduction :
"L'anecdote piquante qui nous replonge, avec sourire, dans nos drôles de souvenirs."

Le ton de cette phrase ote toute la gravité et l'immensité dans la lesquelles le lecteur est plongé dès le départ ( au passage superbe ! bravo ! )
Pour le suspens , c'est réussi ! alléchant ! moi j'attends la suite !
@+++
Romain

Par Krusti, le 2007-08-13 12:43:13
Ceux dont les ligaments du genou se brisent, je le sais d'expérience, en ont beaucoup à dire.
C'est statistiquement curieux mais c'est comme ça...Alors bonne suite.

Par mielou, le 2007-08-13 12:48:55
Bonjour L'Castor
20 ans après...je ne suis plus à une heure près !
merci pour ta fidélité

ah, Brinouille...
j'adore ton exigence
tu aimes bien me mettre la pression en tout cas !
oui, il y aura encore des extraits
mais pas tout le livre quand même...

je te remercie gérard pour ton avis
Le plus difficile pour moi, sera de convaincre mon institution !
sourire...

enchanté de ta visite fartlek
je vois que tu sembles t'intéresser au contexte politique de l'affaire...
je t'ai répondu personnellement sur le blog dédié

Pareil pour toi, Romain
j'essaierais de te donner l'explication, mais je suis content que tu réagisses à cette phrase qui, tu te doutes, n'est pas si anodine que cela...

Cher Krusti
merci pour ton passage
tu es plus courageux que moi pour avoir accepté l'opération...
j'ai pensé à toi, quand hier, je me promenais du côté de bercy village
Un pub qui s'appelait Frog.
Les grands esprits, tu crois ?
(grand sourire)

Par Wimm, le 2007-08-13 14:31:56
Un pub qui s'appelle Frog du coté de Bercy village, connais pas il va falloir aller voir ca de plus pres... ;)

Sinon, je pense tout comme Brinouille, le debut est prometteur mais j'attends de lire la suite pour en dire plus.

Par l'AB, le 2007-08-13 15:39:16
Tiens, il y manque l'image de couverture.
C'est étrange Miélou, j'ai la sensation que plus tu nous en lache, et moins tu nous en dis, car finalement, de toi, de cette histoire, des deux réunis, qu'avons-nous ? Rien ou si peu.
Tu ne veux pas mettre tout ton ouvrage ici, tu l'as dit, certes, mais il faudra nous bailler davantage à boire si tu veux entendre nos rôts, qu'ils soient de satisfaction ou de dégoût.
J'attends de ton vin, concision et précision, comme un rapport. Faut plaire à la hiérarchie. Et pis ça n'exclut pas le style. Relis Camus. "L'étranger" par exemple.
Et puis non finalement, n'en fais qu'à ta tête et ce sera... unique.

Par mielou, le 2007-08-13 16:35:04
Même que le néon est vert...
Sourire
quel insolent ce Wimm
Tout comme Brinouille ?
impossible, à moins d'aimer le rouge !
sinon, même pas une petite critique à formuler ?

"Dans notre sociéte tout homme qui ne pleure pas à l'enterrement de sa mère risque d'être condamné à mort..."
Touché l'AB...
Il y a d'étranges similitudes avec l'étranger
des extraits, Il y en aura, mais il y a déjà pas mal d'indices pour commencer à se faire à l'idée...

Par l'AB, le 2007-08-13 17:36:35
Se faire à l'idée, oui, mais se faire une idée,... c'est passer de l'impression à la compréhension; De l'image du souvenir aux mots qui le racontent; Des personnages à l'auteur.

Par mielou, le 2007-08-13 18:23:52
savoir jouer sur les mots pour attiser la curiosité...
pour arriver à ses fins...
non,
décidément.
je ne suis qu'un insolent !

Par Brinouille, le 2007-08-14 08:19:44
"Attiser la curiosité" :

Une histoire de Mielou où se dévoile la trame de son drame, et d'un autre côté une tragédie écrite dans Wikipédia que j'ai bien sûr superbement ignoré du haut de mes 19 ans...Voilà bien de quoi être impatiente.... tout en craignant la suite.

Par Romain, le 2007-08-14 08:40:11
Salut Mielou ,
j'ai lu ce que tu avais mis sur ton blog en réponse à mon commentaire ici , Ok j'ai compris ;)
par contre en lisant la description que tu fais de moi , j'ai l'impression d'être une bête sanguinaire sans coeur ;o) alors que je suis aussi tendre qu'un fruit de la passion , encore faut -il savoir me cueillir à la bonne époque c'est tout ;)
pour "l'affrontement" de ta hiérarchie , j'comprends un peu ta situation , mon père retraité des renseignements généraux écrit également un livre depuis l'an dernier qui je l'espère va bientôt accoucher ;) la différence avec toi c'est qu'il n'a plus de droit de réserve alors que toi si je crois non ...?
Bon courage à toi !
@+++

Par Romain, le 2007-08-14 09:04:33
Au fait Mielou , je réponds ici , parce que j'n'arrive toujours pas à mettre un commentaire sur ton blog ... si tu as un mode d'emploi?

Par mielou, le 2007-08-14 11:38:41
Ne compte pas sur moi pour te rassurer Brinouille
sourire
toujours envie de savoir la suite ?

je crois que dans le commentaire il demande l'adresse email
sinon, n'hésite pas à envoyer sur ma boite, bête sanguinaire et sans coeur
ou alors, jeune homme fougueux qui répond souvent trop vite faisant le bonheur de certains...
Pour l'instant, pas de conflit, Romain
Je verrais cela quand je leur présenterais le projet

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)

Les 5 billets précédents

2007-08-05 12:48:11 : Signes avant-coureurs - 1 photo - 16 réactions

Il fallait bien savoir...
Alors, je suis retourné sur ce chemin de 1318 mètres, emprunté par des milliers d'élèves gendarmes sur les buttes du fort de Charenton.
Un parcours bucolique mais exigeant à souhait, tourmenté comme il fallait pour relativiser un chrono.
J'y allais surtout en prépa cross, vers octobre, pour retrouver les sensations de vitesse sur terrain varié.
C'était l'endroit rêvé pour ne pas s'ennuyer.
Virages brusques, petite montée assassine, lignes droites incertaines...un vrai condensé pour crosseur averti.
Marqué tout les 100 mètres à l'ancienne avec de petits pavés gravés, j'aimais venir y jouer de temps en temps, hors saison.
Je me laissais aller pour un 4 fois 1000m avec pour seule obligation de les faire en moins de 4'.
Histoire de retrouver le gout de la vitesse.
Entre, je m'accordais les 318m restants en footing léger.
Il faisait chaud, les conditions n'étaient pas idéales pour s'exprimer pleinement mais j'étais bien.
Je retrouvais l'envie...
Loin de la piste, que je retrouverai à la rentrée en septembre, je m'amusais à courir.
Ce n'était pas encore le top mais à bien des égards, cela y ressemblait.

Mes objectifs restaient inchangés.
deux 10km en moins de 36' au mieux pour aller chercher la perf R2
Au pire, un 10km en moins de 37' pour la qualif France.
Agrémentés, surement, de quelques passages officiels sur piste du 5000m au...800m

Un programme, somme toute, à la portée de tout Vétéran, un tant soit peu, compétiteur.

Mes scott bien rouges en avaient terminées avec le dernier mille -3'40" à la timex
pas de quoi fouetter un chat.
pas de quoi déprimer non plus.

Le fractionné en nature avait l’avantage de laisser une place à l’inspiration.
Et tant pis si je perdais en concentration.

Les secondes pouvaient se ramasser à la pelle.
Il y avait des signes qui ne trompaient pas…


Proverbe mielousien pour la peine :

Fractionner sans plaisir
C’est courir sans âme

2007-08-01 20:19:16 : Comment survivre dans la blogosphère - 1 photo - 24 réactions

Avec près de 70 blogs recensés pour une quinzaine de réguliers, la blogosphère de courseapied.net semble être une place forte pour celui qui rêve de s'investir dans un journal "extime" sur sa passion.
pourtant, s'il est facile de commencer, cela devient plus problématique quand il faut durer dans le temps.
Après l'excitation de la découverte et l'émotion du premier post, viennent les premières interrogations.
Première erreur, croire que c'est au nombre de réactions qu'un blog est populaire.
Tout comme le choix du pseudo, Brenda90C attirera toujours plus que Dédé55, et comme je n'ai pas envie de philosopher sur la fameuse beauté intérieure, je préfère la jouer profil bas.
Le nombre de Vus ou de commentaires ne changeront rien, sinon flatter la réputation de notre égo, qui n'est plus à faire, d'ailleurs.
L'important n'est il pas d'avoir sa propre personnalité et de l'assumer sans tenter de ressembler à ceux que l'on aime prendre en référence ?
Deuxième erreur, s'emballer aux premiers encouragements et croire que tout le monde à décider de suivre votre aventure, et inonder le site de billets à la suite au risque de lasser rapidement d'éventuels lecteurs et horripiler le blogueur classique qui tente de trouver sa place dans cette satanée colonne de gauche.
Il est évident que le relationnel aura une importance dans le suivi d'un blog.
Créer des liens, même s'ils resteront, dans la majorité virtuels, ouvriront des perspectives vers d'autres horizons.
En contrepartie, il faudra donner un peu de soi même et ne pas se contenter que de recevoir.
L'alchimie pour obtenir le meilleur équilibre reste complexe.
Parler de tout comme si de rien n'était ressemble plus à de la futilité qu'à du concret.
Les premiers mots seront importants et il faudra beaucoup d'envie pour se lancer vraiment dans l'aventure.

Je ne suis pas un vraiment un spécialiste en la matière.
Juste un blogueur amateur un peu observateur.
Mon premier billet date de mars 2006 et aujourd'hui j'en compte un peu plus de 150.
Je ne suis pas le plus prolifique mais il parait que je fais partie du paysage.
C'est vrai que mes histoires s'éloignent parfois de la course à pied que certains préfèrent pure et dure.
C'est un choix que je ne regrette pas.

Je ne sais pas si ce blog aura des conséquences sur ma vie.
La seule chose que je peux dire, c'est que mon regard change...

Et ça, ça me plait bien...

2007-07-28 10:28:57 : Ce n'est pas le Respect qui fait courir plus vite. - 1 photo - 31 réactions

Nous sommes profondément blessés quand on ne nous respecte pas ; pourtant, au fond de son coeur, aucun homme ne se respecte beaucoup lui-même.[Mark Twain]

Les belles paroles, les belles citations ne touchent que ceux qui veulent entendre.
Qui sommes nous pour leur imposer d'écouter ?

On pourrait écrire des livres que cela ne changerait rien...
Le Respect est un combat permanent avec ses réussites et ses échecs.
Trouver sa place n'a jamais été et ne sera jamais une partie de plaisir.

Je veux bien sourire et vous regarder dans les yeux même si vous ne m'aimez pas,
mais n'attendez pas de moi de compassion.

Je suis bien trop lâche pour ce genre de sentiment.


PS: en réaction aux divers échanges que j'ai pu lire ces derniers jours sur le forum

2007-07-26 10:50:49 : La mare, le pavé et les gouttes... - 1 photo - 23 réactions

Il y a des jours ou on est plus fatigué que d'autres.
Alors on se laisse aller sur le chemin du débat sans fin.

Il suffit de dire Chasseur, traileur ou mieux...triathlète (mon préféré) pour que le forum s'anime.

il suffit de dire aussi qu'il y a des faibles et des forts et que le plus fort à la science infuse sans oublier au passage de tacler les fameux donneurs de leçons.
Pour parler avec du recul, il faut avoir connu les moments têtes baissées et surtout le reconnaitre.

Je connais quelque uns parmi vous qui ont traversé les saisons de cadets à vétérans sans jamais rechigner.
Qui pourrait donner leurs humbles avis sur leur passion de la course à pied.
Mais leur demande t'on vraiment leur avis ?

Ah, que cette vie pourrait être un si long fleuve tranquille...

Il m'est arrivé de jeter une poignée de gravillons dans une rivière tumultueuse sans que celle ci en soit plus troublée.

Bien sûr, Loulou96 (que je salue au passage) un des Suisses du forum, instigateur du pavé dans la mare, qui est venu me rendre visite sur le blog à la chaussure rouge, pourrait se sentir visé dans les propos tenus.
Il n'en est rien.

Dans mon job des années folles, il m'est arrivé de rentrer le premier sans trop me poser de questions dans un appart d'un individu considéré comme dangereux avec comme vision une ridicule protection de visière.
Aujourd'hui, à l'abri, j'analyse de l'arrière en prenant soin de trouver la solution que j'estime la plus adéquate.
C'est parce que j'ai commis des erreurs avant que je suis en mesure de répondre maintenant à l'évènement.

Les questions de débutants peuvent faire sourire les anciens mais il ne faut pas oublier le jour ou l'on a commencé.
Le détail qui peut être futile ne l'est pas forcément pour tout le monde.
Ne pas avoir une approche psychologique de la course à pied peut s'avérer aussi dangereuse qu'une blessure physique.
Pour l'égo que dire ?
sinon que nous en avons tous un et qu'il suffit parfois de mieux le placer.

Le coureur idéal n'existe pas.
Et ce n'est pas un chrono ou une référence qui me prouvera le contraire.

Les cheveux blancs ne font pas les sages
ça tombe bien, je commence à en avoir...

Dans ce forum on retrouve les peines et gloires du coureur dans un mélange que l'on ne trouve nul part ailleurs
Tribus, communautés, trolls et j'en passe, se mélangent, s'embrassent et disparaissent...

Mais qui a dit que trouver sa place ici était facile ?

Quand j'étais enfant, je jetais de gros cailloux dans une mare à la campagne pour éclabousser les copains.
Cela faisait une gerbe d'eau qui s'éparpillait en milliers de gouttes qui retombaient comme une pluie.
Puis le caillou disparaissait au fond, englouti par la vase.
Au bout de quelques minutes, la mare avait repris son aspect habituel.

Adulte, il m'arrive de repenser à ce pavé disparu...

2007-07-24 09:56:17 : Courir sur l'habitude - 1 photo - 17 réactions

Bien calé dans mes Scott rougeoyantes, je m'en allais, tranquille, faire le tour de l'hippodrome pour la millième fois.
J'avais mes habitudes, normal, j'étais Vétéran !
Alors que j'étais en train d'écrire dans ma tumultueuse tête mon prochain billet sur les trucs et astuces pour durer sur un Blog, Fred, au détour d'un carrefour m'interpella...
En un clin de pied, il venait de me changer mes habitudes...
De plus, il avait l'atout secret, la charmante Martine en personne l'accompagnait.
Comment résister ?
En quelques foulées bien senties, je me retrouvais à saint mandé, près du chalet du lac ou j'avais mes entrées, à l'époque dissolue.
D'autre forumeurs s'étaient retrouvés près du petit lac comme un point de rencontre.
Fred l'orienteur, me donna une ligne de conduite pour tenter de retrouver le chemin le plus court pour revenir dans mes traces.
Trop tard !
j'étais sorti du chemin, et mes 45' prévues s'étaient transformés en 01h30.
Mais quel importance finalement ?

Ce jour là, Je courais, enfin, libre de toute contrainte
Loin de la dangereuse habitude...

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net