La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-11-10 14:34:56 : Le test mielou

Mille et une façon de courir et moi, et moi, et moi… ?
Je ne sais même plus combien de tests, de programmes ou de conseils j’ai pu suivre avant d’en arriver là.
Pourtant, j’en ai enchainé des 10x1000, des 3x3000, des sorties longues à n’en plus finir,gravi des pyramides aux chiffres sophistiqués, j’ai même couru pieds nus, à jeun, matin midi et soir, prenant bien soin de faire attention à tout ce qui pouvait parasiter ma quête de VMA.
Oui, j’en ai fait des sacrifices, des concessions sur l’autel de la passion.
J’ai tout lu, écouté les conseils des bons et des moins bons, acheté les chaussures les plus légères, les cardio les plus performants, persuadé de faire le meilleur choix à chaque fois.
Cela a duré le temps qu’il faut…
Non pas pour comprendre, ni pour me justifier, juste pour savoir.
Dans chaque réaction, dans chaque post, je retrouve une part de cette innocence des premiers jours, des premières foulées pleines de convictions aux premiers doutes qui vous ronge le moral.
Et à chaque fois, cette renaissance qui vous pousse un peu plus loin dans la recherche de la perfection.
Je pourrais arguer de centaines d’épreuves courues, de milliers d’heures passées à l’entraînement, de millions de foulées qui m’ont amenés à me remettre à chaque instant en question, pour me prétendre touché par cette sagesse qui vous fait différent.
Il y a longtemps que Ma course à pied n’est plus un moyen de comparaison.
Ma vision évolue comme ce terrain de jeux qui se déroule, chaque jour, sous mes pas.
On pourrait parler d’une approche philosophique de la pratique de la course à pied et se dire « tiens, mielou aurait il trouvé la réponse ? »
Ce n’est pas mon sourire qui vous fera changer d’avis.
Il faudra pourtant, un jour, s’arrêter sur cette route.
Et là, il sera bien temps, quand je me retournerais pour voir le chemin accompli, de me poser les Vraies questions…

Les réactions

Par Krusti, le 2007-11-10 14:56:46

Faires des tests pour se projeter (et oui..) et puis à la fin se retourner.
Belle pirouette Miélou. Vraiment.

Par Montaigne, le 2007-11-10 15:47:12
Le monsieur, en-dessous, version Rodin des cavernes ou des forêts lointaines, c'est pas notre lointain cousin ?
Et tu sais à quoi il pense ?
... Ha, si je pouvais aller sur ce forum, la vie serait plus belle ?

Par Poopa, le 2007-11-10 15:56:09
Mielou salut, tu me fais penser à Jean jacques Rousseau, un grand promeneur, mais c'est sûr qu'un de ces quatre, tu vas te perdre dans tes pensées ...

Dans le cadre de la CAP pas de prise de tête, cours Mielou, cours !

Par Marlène, le 2007-11-10 16:05:05
Peut-être, Mielou, es-tu en train de découvrir qu'après tout on peut aussi courir pour son plaisir et que cela peut devenir une fin en soi ?
Je n'ai point vu trop de nouveauté sur ton monde...

Par Mika B, le 2007-11-10 16:42:30
Salut Miélou...
Bon ben je rejoins les avis de Marléne et poopa...
Pour moi, courir m'a permis de pouvoir m'échapper plus vite, du train train quotidien.... et c'est déja une belle
victoire.....
Quand à t'on nouveau RODIN(photo)
je PENSE que tu exagéres...
mais j'avoue, pas mal trouvé
méme les bourgeois de calais
en ont rigolé
accompagné de ceux de chimay. Mika

Par angelo, le 2007-11-10 16:43:26
Je reviens à l'instant d'une sortie imprévue en forêt de Clamart/Meudon..
Au détour d'un rond point, qqs jeunes ados
Je passe à côté de leurs mobs rutilantes et j'entends peu après :
"Cours Forrest, cours !"
Pas méchant, juste qu'ils ne comprennent pas pour quoi je cours sans plan précis.
Et moi, bah parfois je me dis aussi "Cours.." sans autre but que de se mouvoir.
L'Homme, un peu de Raison et beaucoup de
Vanité.

A +

Par mielou, le 2007-11-10 18:04:57
Sourire
Pirouettes mais aussi cacahouètes
J’ai bien peur d’être incorrigible, krusti

Non, montaigne, c’est moi, parfois, devant le forum…

Si tu savais le nombre de fois que je me suis perdu poopa !

Découvrir les femmes, j’aime aussi…
Est-ce aussi une fin en soi ? Chère marlène
Pour la peine, j’ai émis du nouveau sur le monde…

Oh mika, tu me verrais avec cette tête dans une taverne style chez Victor ?
J’en serais presque la star, n’en déplaise à sieur l’AB

Le film est repassé, il n’y a pas longtemps, je crois, angelo
Les ados ont retenus la leçon, à ce que je vois !

Par Mardi matin, le 2007-11-10 21:30:55
Mais pourtant
Tu mesures quand même ton temps sur un "test" de 3000m (10mn et quelques secondes si je me souviens bien )
Si tu mesures, tu compares, fatalement.
C'est la seule fonction de la mesure.
Et un défi ne necessite pas forcement un adversaire.

Par Baghera, le 2007-11-10 22:20:04
"Non pas pour comprendre, ni pour me justifier, juste pour savoir."...et savoir, ça rassure ou ça inquiete,sire Loup? et sans savoir, ça changerait quoi, puisque seul le vécu fait foi et loi, en Cap comme ailleurs?

Par mielou, le 2007-11-11 10:05:31
bonjour mardi
je ne mesure pas, je me défie juste pour savoir si j'en ai encore sous la semelle
en fait, je ne l'explique pas, je me lève, j'enfile mes runnings et, sans échauffement préalable, je pars courir.
Je sais, pas bien, mais est ce si grave que ça docteur ?

Je vais savoir si j'ai encore l'envie ce matin miss griffue
un petit tour de l'hippodrome de vincennes pour la peine
quelle peine d'ailleurs ?
ps: blague de mielou quand on lui demande "tu as fais combien à ton dernier 10km ?" réponse "10km, pourquoi ?"

Par Mardi matin, le 2007-11-11 11:34:15
Grave ? non au contraire, c'est ce que je disait dans ton post précédent, mais je me suis peut etre mal exprimé. Conserver des défis me semble utile et important.
Mais ce n'est jamais pour rien un test. Dés l'instant ou on prend la peine d'en faire un, même improvisé, il y a une idée d'objectif à atteindre, à préparer, et donc pas qu'un pur plaisir buccolique. Cette démarche ne mérite pas qu'on la renie. Elle me semble saine en fait.
Même en étant moins rapide que toi je prend mesure à me défier... et a me mesurer par des tests ... comme toi ! pourquoi s'en cacher ?
Je comprend que l'on puisse courir sans idées de chrono, de mesure, de défis même personnels.
Mais les coureurs qui pratiquent pour le simple plaisir animal de la course à pied ne font pas de tests.
Ils n'en n'ont pas l'utilité.
Leurs démarches aussi est saine mais pas meilleur que la nôtre.

Par GGBI, le 2007-11-11 11:44:45
Salut le sage mielou,

Bien ton dernier résultat aux 10 Km.

J'ai trouvé une autre définition pour mon prochain marathon.
Au médoc, je vise 4 à 5 dégustations.
minimum.

Coté tests, je ne sais pas si tu t'arrétera un jour, mais coté course a pieds il n'y a pas de raisons. Certains courent encore a 70/80 ans, voire plus.
Tu as encore de belles foulées devant toi.

Par PARISI, le 2007-11-11 22:39:03
Bonjour MIELOU !!!

Désolé , j'ai raté quelques épisodes et j'irai les lire bientot mais tu écris ( et penses ) toujours aussi bien .
Quant à courir , c'est idem !!!
Bravo et à bientot !!

Parisi

Par mielou en passant, le 2007-11-19 14:58:47
merci à parisi et ggbi d'être passé

à demain mardi matin...

Par marmotton, le 2007-11-26 22:33:40
Euh ... Mielou ... rassure moi, sur la photo .... c'est pas toi, dis .... dis moi que c'est pas toi .... ou alors un trucage de JPII .....

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2007-11-06 10:45:11 : Ça sert à quoi un test ? - 1 photo - 26 réactions

En cet fin d’après midi pluvieuse d’octobre, après une part de quatre quart et un verre de lait, j’avais décidé de dégourdir mes jolies jambes au bois.
Chemin faisant, j’ai bifurqué vers le stade pour un improbable 3000m.
Quelques lignes droites plus tard, je m’élançais sans grande conviction dans ce 7 tours et demi.
Le résultat fut conforme à mes sensations : Mitigé.
Même si 10’48" ferait le bonheur de plus d’un coureur, il en restait la manière et surtout l’utilité.
En simplifiant j’aurai pu dire que ce test pouvait me donner une indication de travail, style des mille en 3’36" pour arriver à l’objectif de cette année, deux 10km en 36’ histoire d’être classé régional 2.
Mais extrapoler, en course à pied, c’est le plus sur moyen de se prendre les pieds dans le bitume.
Que ce soit sur 2000m ou 3000m, sur piste ou en nature, un test n’a de valeur que sur un plan structuré et un objectif ciblé.
Se la jouer à la mielou en se disant, "tiens ! Je ne savais pas quoi faire après mon gouter par ce temps bien craignos…un p’tit 3000 pour digérer ?" Est à proscrire pour celui qui cherche sérieux et efficacité.
Il ne sert en aucun cas à se comparer avec ses camarades de jeux ou à se dire je pourrais courir le marathon en tant de temps…
Au mieux, il peut vous rassurer sur votre état de forme du moment mais ne vous donnera jamais votre chrono à l’arrivée.
Certains vous diront le contraire, peut on leur en vouloir ?
Moi aussi, je connais quelqu’un qui, un jour, m’a fait mentir…
Quand je prendrais le départ de ma prochaine course, avec tout mon passé, mon potentiel et mes acquis, j’aurai cet avantage certain, de ne pas connaitre mon résultat à l’arrivée.
C’est sans doute pour cela que je n’ai jamais abandonné…
Mais ça, c’est déjà une autre histoire.

A la question du titre,
Je répondrais, à beaucoup de choses, pour celui qui sait relativiser…

2007-10-27 15:27:25 : Premiers cross - 1 photo - 18 réactions

mercredi 24 octobre 2007
08h00
quelque part du côté de Montluçon
Il fait un degré et j'ai vraiment froid !

Dans quelques minutes, le cross court s'élancera pour décerner son premier titre de champion de France Gendarmerie de la matinée.

Je souris en repensant à l'image de Louis de Funès et la fameuse saga des Gendarmes.
Et cette image encore ancrée du bon gars bien gras et rougeaud à moustache éructant sa morale.

Le gendarme adjoint Yoann Kowal, 20 ans, 08'36" au 3000m steeple, à d'autres soucis à régler sur le terrain.
Son adversaire du jour, le gendarme frédéric Bouvier, 01h03 au dernier 20km de Paris, ne semble pas vouloir lâcher l'affaire.
Yoann s'impose finalement en 12'50" sur ce cross pas si roulant de 4160m.
02'56" au mille, un autre monde pour moi mais quel spectacle !

Pas le temps de gamberger, c'est au tour des vétérans de se coltiner les 9160m concocté par l'organisation.
Je peux ranger mon sourire.
120 gars au départ et pas pour rire.
Un départ qui scotche d'entrée et tant pis si tu n'es pas dans le bon wagon.
L'âme du cross sera respectée, c'est le plus fort qui l'emportera.
Pendant que je me traine sur le circuit à la recherche des sensations perdues, je fais voler en éclat toutes les excuses bidons que je me trouverais à l'arrivée.
Terrible évidence
Ce n'est pas moi qui court moins vite, ce sont eux qui courent plus vite !
Le résultat est là, irréversible.
45ème en 34'30. 3'46" au mille et alors ?
Tu te la joues moins mielou sur ce coup là.
Le gendarme Jean luc Devroute, vainqueur en 29'50" pourra toujours prétexter sa fatigue du marathon de Dunkerque couru en 02h27 qui lui vaut la 3ème place au championnat de France catégorie vétéran.
Et moi, une jalousie mal cachée, à vivre sur d'hypothétiques acquis

Les filles se préparent
je suis déçu
ma favorite, julie Coulaud (31'58" sur 10km) n'est pas là
elle sera remplacée par une camarade de jeu, sonia Saidi (02'09" au 800m)
Une jeunette explosive qui mettra tout le monde d'accord à l'arrivée.

Pendant que les champions du cross long récitent leurs gammes,
ce sont les scolaires qui découvrent les joies de la terre et les forces nécessaires pour s'en arracher.
Cette jeunesse encore insouciante fait souffler un vent de nostalgie sur certains d'entre nous.

Le combat des chefs, aujourd'hui, opposera le gendarme adjoint hassan Hirt, 13'46" au 5000m à un monsieur de la course sur route, moulay-ali Ouadih, mon coup de cœur, au palmarès impressionnant. 01h06' au semi, cette année, le grand, et dire que dans deux ans il est vétéran...
Hassan l'emportera sans sprint devant ali. Du très haut niveau et la marque du respect entre eux.

Les derniers arrivants franchissent enfin la ligne, exténués, mais fiers d'avoir participé.
Rien à voir avec ces sportifs de haut niveau aux performances éloquentes.
Ils viennent de toutes les régions, représenter leurs corps et, surtout, l'amour de l'effort.
Je suis l'un des leurs...
J'entends déjà les allusions que l'on fait à ces gendarmes qui doivent avoir surement des tas de facilités pour s'entrainer au lieu d'être sur le terrain.
Le sourire revient.
Qui se risquerait à changer les mentalités ?

J'espère que je serais qualifié pour les championnats de France militaire au Mans en février.
Histoire d'en horripiler quelques uns
et, pourquoi pas, rappeler à ceux de devants que je suis encore là...

Les cars nous ramènent déjà sur Montluçon.
On rentrera tard ce soir.
Et demain, à l'aube, nous seront tous à nos postes.
Les jambes dures et des souvenirs pleins les yeux.
A faire pâlir plus d'un aigri...





2007-10-17 12:23:29 : L'esprit de la blonde... - 1 photo - 16 réactions

sourire
je vois que le titre accrocheur et la photo aguicheuse fonctionne toujours

Encore une vague de réactions qui donne envie de vous répondre.

Bien sûr, cette charmante blonde n'est pas la fameuse coureuse
bien sûr, cette anecdote était destiné à vous emmener sur un autre chemin...

Depuis que je vous suis sur ce forum, j'ai appris à lacer différemment mes runnings.

Comme la première fois que je me suis présenté ici, j'ai tenté de me justifier à force de références.
Comme si comparer était une logique banale pour tout coureur à pied.

Un brin candide, j'ai même voulu parler de respect
c'est vous dire si j'y crois...

Celui qui court le plus vite a forcément raison, c'est évident.
Je suis vite retourné à mes fondamentaux pour essayer de mieux comprendre.

Depuis, j'ai laissé tomber le chrono et laisse battre mon cœur à l'envi.
Je parle de combats entre hommes comme on parle de ces jolies femmes inaccessibles.
attablé à une terrasse ensoleillée ou au comptoir sombre d'un petit rade de banlieue
je refais ma course de village
au milieu de vieux assoupis ou de mioches aux yeux écarquillés
je raconte de drôles d'histoires
ou l'on peut courir pieds nus sans se soucier du qu'en-dira-t-on

Mes temps, mes courses se sont envolés
au fur et à mesure de mes foulées.
Il me reste la nostalgie des souvenirs
et la prochaine épreuve...

Avec cette envie furieuse de revenir à l'essentiel
Courir à l'instinct
Redevenir Animal...

2007-10-15 14:50:10 : battu par une blonde... - 1 photo - 38 réactions

Certes, tout est relatif
et comme le disait Pierre, "A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire"

Je n'avais pas pris de grands risques en m'alignant sur le prologue de bry sur marne en ce dimanche matin ensoleillé.
La concurrence vétérane s'était donnée rendez vous sur le 10km, me laissant un boulevard sur la courte.

Je partais, pourtant, rapidement pour m'extraire du peloton et me trouver en position d'attente en cas d'éventuels retours.
Pourquoi se fatiguer à poursuivre les forçats de ce 10km sélectif alors qu'il suffisait de dérouler pour être bien placé sur ce 6km ?
Alors, que du coin de l'œil, je matais les dossards qui remontait sur moi, je fus intrigué par cette jolie blonde qui restait à ma hauteur sans voir l'impression de souffrir.
Dans les premières difficultés du parcours, elle semblait décrocher mais elle restait dans le sillage.
Bien sûr, à son maillot du CA montreuil 93, je savais que j'avais affaire à une pointure.
Pourtant, à ce moment, j'ai fait preuve de suffisance , première erreur.
Tandis que tomis en guest star déboulait vers les honneurs sur la grande, je me suis contenté de la jouer facile, sans prendre de risques.
Avant la dernière difficulté, une montée de 2km, je me laissais décroché méchamment, persuadé de revenir sur ma puissance dans le final.
Les 3 premiers jeunes du prologue s'enfuyait au loin à plus de 17km/h
Derrière le trou était fait, et dans ma logique de facilité, je savais déjà que j'étais premier vétéran.
Quelques mètres devant moi, elle avait pris la foulée d'un vétéran de sucy que je connaissais bien pour sa tendance à ralentir à mi-course.
5km je revenais sans surprise, au train, dans leurs ombres.
C'est là que je commis ma 2ème erreur.
Je n'avais pas l'attention de lui faire de cadeau.
Combat d'homme à homme ou combat d'homme à femme, c'est à la place qu'on allait savoir.
J'adoptais ma vieille technique de filou, attendant les 300 derniers mètres sur la piste pour attaquer.
J'aurai dû me douter à sa façon d'accrocher l'asphalte, bien droite sur ses appuis que j'avais à faire à une spécialiste de la piste.
Dès qu'elle posa ses runnings sur le tour de stade, j'ai vite compris ma douleur.
Il ne me restait qu'à constater les dégâts de l'arrière et à faire profil bas à l'arrivée.
Une seconde, terrible seconde, une éternité pour moi.
Je n'avais pas à jouer au gentleman
C'est à la régulière qu'elle m'avait battu, net et sans bavure.
Respect mademoiselle véronique
De m'avoir ramené à la réalité du terrain.
Sur le papier, dans la soirée, j'ai su que,intrinsèquement, j'étais plus fort que toi.
Ce genre d'erreur, dans mes prochaines échéances que seront les cross en catégorie vétérans, il faudra éviter.

Je pouvais récupérer la jolie coupe sur le podium avec le sourire
Il n'y a pas de victoire facile, juste des combats que l'on gagne en osant

Tomis finira 4ème du 10km et 2ème vétéran
le gars de sucy 11ème et 5ème vétéran

comme quoi, il suffit parfois de peu de choses...

2007-10-12 16:44:57 : Demain, je cours sans... - 1 photo - 25 réactions

L'œil rivé sur ma timex, j'aligne les mille à la seconde près
Une vieille habitude, ces fractionnés en terrain libre.

Il y a longtemps que je cours sans cardio.
C'est arrivé, un jour, comme ça.
A l'abri du peloton, je coulais des foulées paisibles au rythme des battements de mon cœur.
Loin des avants postes, je menais ma barque, tranquille au timing.
Puis, j'ai voulu savoir...
Ce qu'il y avait vraiment devant, là où les anonymes vont rarement.
Alors, j'ai osé, tenté ce que la théorie déconseillait.
Pour quelques pulsations de plus, j'ai enfreint ma VMA et je suis allé voir devant si l'air était meilleur.
J'en suis revenu et j'en garde de superbes souvenirs.

Il me reste bien cette montre, que je garde plus par obligation professionnelle que pour faire constater un hypothétique record.
A vouloir courir après le temps, c'est lui qui me rattrape maintenant.

Aujourd'hui,
je cours du plus en plus court
distance incertaine au kilométrage jamais rond.
Et j'attends même les cross avec impatience.
D'ailleurs, j'enlèverais ma montre au prochain, pour me sentir plus léger.

Fini les temps de passage obligé et les plages à surveiller
Je rêve de défis hommes à hommes,
à la place et que le meilleur gagne.
Je ne regarde plus que le premier et je me moque qu'il soit sénior ou vétéran
Il n'y a pas de plaisir sans envie
Préparez vous
Demain, je cours sans,
Demain, je cours libre...

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net