La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-12-10 16:07:19 : Sur la piste de Victor…

Au départ, il y avait cette femme et son voyage.
Elle racontait...un lundi, le 09 octobre 2006 à 20h49
"Rien n'est charmant, à mon sens, comme cette façon de voyager.-A pieds!-On s'appartient, on est libre, on est joyeux; on est tout entier et sans partage aux incidents de la route, à la ferme où l'on déjeune, à l'arbre où l'on s'abrite, à l'église où l'on se recueille.
On part, on s'arrète, on repart; rien ne gène rien ne retient. On va et on rève devant soi; la rèverie voile la fatigue. La beauté du paysage cache la longueur du chemin. on ne voyage pas on erre. A chaque pas qu'on fait, il nous vient une idée. Il semble qu'on sent des essaims éclore et bourdonner dans son cerveau... (1843,le Rhin, les Burgraves)"

Victor Hugo ne serait jamais un capeur , Freddie sûrement…

Puis, des hommes de grandes solitudes se sont rassemblés sur ce chemin, y plantant un fanal, histoire de s'y retrouver le temps de ces instants que l'on aime perdre sans savoir.

Il y eu d’abord l’excellent Deepsky, un Maxbault et même Fartlek avant l’arrivée du légendaire Steph66.
Des pseudos d’un autre temps avant que ne débarque l’AB et ses premiers intermittents, les dénommés raztab, montaigne ou JPII.
MikaB et kuanza n’étaient pas encore des piliers et Kriko juste un timide passager.
La première féminine à s’aventurer fut une guest star, miss Delphine en personne, avant qu’audrey59 et sophquipeut n’inspire la bande au blouson noir.
Ce premier post inspira même un angelo aux accents slamificateur ou un oliver en verve ainsi que les premiers pas de joël…
Si le deux explosa en vol, ceux qui suivirent furent de haute tenue et rameutèrent une horde de passants hétéroclite qui contribuèrent au succès de l’entreprise.

Chez Victor aurait pu devenir un lieu de perdition pour gars éternellement incompris, avec ses filles de bonne compagnie que l'on aime blondes de circonstance et pas farouches de la langue.
On aurait même pu en faire une institution, un ovni capesque à faire râler plus d'un puriste, oui, on aurait pu...

La musique déroule les mots que l'on aimerait entendre...
C’est bien FreddieCatherine l’instigatrice.

De temps en temps des jolies filles dansent sur les tables, elles s’appellent baghera, marlène, calou, linda ou bien encore nina, sous les yeux subversifs d’un ric puissance deux et ceux, non moins lubriques, d’un blouson noir transformiste décoré d’une croix.
Tandis que MikaB et ku, amoureux transis, entremêlent leurs accents, accrochés au comptoir, l’AB prêche pour une utopique paroisse devant un authentique raztab’.

Courir sur les mots est un exercice périlleux.
Accroché aux montres qui gèrent les battements du coeur, nous ne regardions plus personne.

Elle a détourné nos regards

Passer chez Victor ne veut pas dire s'arrêter
il y a bien quelques piliers à la voix forte, aux propos qui, parfois vous griffent, aux larges mains qui vous toucherait l'épaule et plus si une furieuse affinité s'en faisait sentir.
Les coupes, les médailles sont pour mémoire dans ce lieu, où, seul compte l'échange verbal, la phrase décalée, le mot qui touche ou le sourire qui fâche...

Quel intérêt alors d'en faire une icône ?
C’est vrai, ce n’est pas ça la course à pied, ça ne peut pas être ça...

"Alors, elle a sourit,
me regardant droit dans les yeux,
et sans un mot, dans un parfum d'esprit,
s’est envolée au vent. "

Courez,
courez braves gens
de l'arrivée, il y en aura pour tout le monde.
Laissez moi simplement m’attarder encore
Sur le chemin aux illusions…


http://www.courseapied.net/forum/msg/30760.htm

Les réactions

Par PI, le 2007-12-10 16:19:46
une petite retraite dans le Sahara s'impose Mielou!

Par Le Fonz', le 2007-12-10 16:22:24
Bravo Mielou, tu es notre mémoire !

Steph66 était extraordianire, je me souviens de ses joutes avec la chouette hu hu hu, quelle tenue, quelle verve ! c'était dithirambique voire 'gnifik !

Bien à vous cher Sire Loup

Par FreddieCatherine, le 2007-12-10 16:34:14
J'instigue
Tu hantes
Il luit
Nous rions
Vous jouez
Ils courent..

Par l'AB, le 2007-12-10 17:21:12
"Le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir".
René Char.
Miélou, tu n'écris plus en vers depuis que FC est partie, mais ta prose reste toujours aussi poétique.

Mon commentaire de la photo : sur Vivaldi, avec l'echo d'une voûte ecclésiale et Bowman en contre-ténor
"Stabat mater dolorosa
Iuxta Crucem lacrimosa,
dum pendebat Filius.
...
Eia Mater, fons amoris,
me sentire vim doloris
fac, ut tecum lugeam.
...
Quando corpus morietur,
fac ut animae donetur
Paradisi gloria."

Ric², traite-nous d'omphales, mais j'ai grand plaisir à entendre l'écho narcissique de notre miroir dans les mots fort joliments tournés du Miélou : quelle fable !

Par mielou, le 2007-12-10 17:36:22
'soir PI, effectivement, je fais dans le confidentiel, juste une anecdote comprise par quelques passants. Le désert, pourquoi pas ?
J'ai laissé le lien pour les nostalgiques el fonz', c'est vrai que steph66 doit rappeler de bons souvenirs à notre égérie.
Tu remarqueras, maitresse, que j'ai choisi une photo qui laisse perplexe...
je crois bien que je n'ai jamais su écrire en vers sieur l'AB
encore moins en latin...ma culture bondynoise surement

Par FreddieCatherine, le 2007-12-10 17:37:52
Miélou, je ne sais pas comment faire savoir à notre Cénobite vénéré,

à quel point je ne suis PAS partie, simplement absentée...
et revenue

Par mielou, le 2007-12-10 17:46:19
sourire, je le sais pertinemment douce freddie...

Par ric², le 2007-12-10 17:58:51
Mouais, mouais, « subversif », moi qui réponds point par point à ça :

Membre d’une équipe solidaire et fraternelle, il agit avec honneur,
franchise et loyauté.

Par L'Castor Junior, le 2007-12-10 18:31:15
Seule et unique rencontre avec la belle FC.
Que j'aime ce tour d'horloge buressois...

Par Ku, le 2007-12-10 22:38:54
Salut Mièlou,
Quelle belle couverture
Pour notre FC
Tu la parée,
de si jolis mots
Qu' elle va rougir
comme un joli coquelicot

C'était hier,
C'était l'été
un milieu de la verdure
courait
une belle créature,
Portée par des rêves
verts (espoirs) et par Bures..

Tout un chacun
porte sa pierre à l'édifice "Victor"
Pour que chaque jour
soit un feu d'artifice

Amicalement
Kuanza

Par , le 2007-12-11 07:20:40
oups, l'a

Par krusti, le 2007-12-11 09:05:07

Comme quoi bien rédigé, même un annuaire devient lisible. ;-))

Par Delphine, le 2007-12-11 09:24:31
Coucou,

YES! Podium en première féminine! ALors là, contente je suis :o)
Tiens je la reconnais la petite dame sur la photo, et même le coin je le reconnais :o)
EN tous cas moi je suis jalouse de Mielou pour sa façon de rédiger: j'adore.

Bises

Delphine qui a fini sa cuite :o)

Par mielou triste, le 2007-12-11 10:28:37
désolé de ne pas avoir le temps de vous répondre
la fatalité ne prévient jamais
on ne meurt jamais au bon moment...
ps :pour celui qui à un problème avec krusti, tu as du t'apercevoir que je ne suis vraiment pas d'humeur aujourd'hui et que si tu pouvais régler ton conflit ailleurs...

Par thyo, le 2007-12-11 12:07:32
même triste, on t'aime quand même !
courage

Par Tachycardie, le 2007-12-11 12:17:58
là je suis à FC max!!!!!!!

Par Melon, le 2007-12-11 15:29:54
T'es la R?

Par Bonobo, le 2007-12-11 16:17:24
Je n'aime pas beaucoup, mais c'est un apriori, l'idée de course horaire.

J'associe un peu trop l'idée de faire son temps à celle de tirer sa peine.

Les lignes d'arrivées ne sont là que pour nous pousser à repartir encore. Finalement s'arrêter là au bord du chemin est la seule façon de continuer, sans fin.
En esperant que l'on pourra tous s'arreter avec sérénité.

Par Montaigne, le 2007-12-11 17:36:21
Me v'là intermittent à présent.
C'est pas faux, d'ailleurs. Et je ne suis plus d'humeur à oser des vers ou de la belle prose comme d'aucuns l'osent encore.
Le manque de CAP me handicape, ce me semble. Vivement que ça revienne. Le Corps au secours de l'Esprit, c'est le Monde à l'envers.

Par Mika B, le 2007-12-11 18:06:42
Salut Miélou....je te sents nostalgique
ces derniers temps.....Souvent le regard vers l'arriére( peur d'étre pris par revers)..Le chemin c'est devant, droit dans les yeux qu'il faut le prendre, avec assurance et envie...
et tout s'harmonise naturellement....
Sur La piste de Victor...
Les jambes ont parfois des raideurs
L'esprit en accord
a bien plus souvent de valeur....Mika

Par Marlène, le 2007-12-11 20:59:26
Bises Mielou.

Par R, le 2007-12-12 09:11:56
lol

Par , le 2007-12-13 12:35:29
une seule solution mielou: tire-toi une balle

Par mielou, le 2007-12-13 14:27:57
bonjour du jeudi
rappel aux trolls limités
même si je vous trouve amusants sur certains points et que ma tolérance reste immense, je tiens à préciser que penser qu'on ne peut pas vous tracer sur un blog, même avec un mail anonyme, me fait doucement sourire.
pas la peine de me sortir la panoplie du bon petit hackeur de base avec ses multiples parades, je sais simplement que vous n'avez pas le niveau requis pour espérer mieux...
autre précision, copier coller de l'original pour faire croire dans le texte que l'intrus c'est l'autre, ne date pas d'hier.
oh, bien sûr, loin de moi l'idée de faire appel aux services spécialisés de certains de mes camarades pour essayer de savoir à qui j'ai l'honneur, quoique la dernière réaction pourrait m'inciter à y réfléchir même si la jeunesse de son auteur pourrait faire l'objet d'une quelconque excuse.
se sentir protéger derrière l'anonymat (relatif) d'un ordi, surtout celui de son job, risque de réserver certaines surprises à l'avenir.
ps: il est clair que, pour l'instant, je ne fais aucune liaison avec le nouveau forum qui vient de se créer et les attaques régulières que subissent, ces derniers jours, certains membres de ce site.
autre ps : on peut être un rouage de l'état, encore faut il que le gars qui voudrait le gripper ai les doigts assez solides pour se le permettre...
dernier ps: n'y voyez pas une menace, juste un avis.
ma profession et mon côté décalé fait que je suis déjà "suivi" dans tout ce que je pourrais dire ou écrire.
désolé, pour celui qui trouverait dans mes propos, un intéressement particulier...

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Subtilisée sur le blog de linda...


Les 5 billets précédents

2007-12-09 10:47:25 : Nocturne de Thiais : comme un gout d'inachevé... - 1 photo - 21 réactions

Il fallait en avoir pour se retrouver hier soir au départ de cette corrida.
De la pluie, du vent et de la froidure pour bien nous mettre dans l'ambiance.
Les chasseurs de podiums sont bien aux avants poste, on peut lancer l'affaire, cela promet d'être show.
Ça part comme d'hab', à font les manivelles sur cette route mouillée à souhait et sous un éclairage vacillant.
Il faut bien 4km pour que les places se stabilisent entre les jeunes fous et les vieux briscards.
Après un démarrage assez rude, je reprends des couleurs dans une grande descente pour revenir sur un groupe qui joue le top 10; A cet instant, le podium en vétéran est envisageable, j'ai du pied et assez de motivation pour rentrer dans la bagarre.
Mais un bénévole, sensé se trouver à un carrefour stratégique, en a décidé autrement...
La tête de course s'engage sur le mauvais itinéraire, entrainant près de la moitié des participants dans son sillage.
Terrible pour les premiers, incompréhension pour les poursuiveurs, tout est chamboulé sans espoir de retour à la normale.
J'ai beau crier très fort dans ma tête, je sais que cela ne changera rien.
Derrière, tout le monde s'est aperçu de l'erreur d'aiguillage, et tout le peloton, d'un bloc, a fait demi-tour.
Les premiers seront les derniers...
Tout est à refaire pour revenir devant et pas mal ont déjà jeté l'éponge.
En doublant ce peloton désorganisé, je salue mon pote V3 avec humour, il me reste bien peu de temps pour espérer autre chose qu'une place d'honneur.
Je rigole moins en rattrapant un diable qui a profité de la circonstance pour s'accrocher aux basques de quelques revenants.
L'arrivée approche trop vite, je n'irais pas sprinter, à quoi bon ?
Un verre de vin chaud à la main, je retrouve mes camarades d'infortune.On se la refait à l'envers et on sourit, même si je lis dans le regard de certains une pointe d'amertume.
Si cette épreuve me laisse un gout d'inachevé, je sais bien, qu'au fond de moi, ce genre d'incident me fait relativiser.
Et c'est tant mieux pour l'esprit...
On n'estime pas une course à coup de chronos théoriques ou de projections faciles.
On l'a vit, sur le terrain et on se la raconte, une fois la ligne franchie.
Le reste ne restera que spéculations...

Mielou
18ème au scratch - 5ème v1

2007-12-05 11:54:52 : Séance sur piste pour vétéran régional 3 recherchant la perf - 1 photo - 121 réactions

Avertissement
cette séance s'adresse au coureur confirmé ayant une connaissance consensuelle de la course à pied
ps: bien sûr qu'il y a de l'humour dans ces propos comme si courir était sérieux...

n'empêche que 5x1000, ça peut impressionner comme ça

cobaye du jour : mielou, 43 ans, 68kg pour 1m80
brun au yeux marrons mais un peu marié, eh oui, c'est pas meetic ici.

piste de 400m de maisalf pour pas changer, une paire de scott bien rouge et un maillot technique manche longue de la célèbre marque d4

traditionnel échauffement miellesque, même pas 15mn sans étirements et juste 5 lignes droites rapides.
A déconseiller vivement pour les non initiés !!!

objectif : 5 mille en 3'35"
en vue de se rassurer pour la saison 2008 et accessoirement approcher les moins de 36' sur au moins deux 10km histoire d'être classé R2
hormis les inscriptions offertes par le club, rien à gagner sinon la satisfaction personnelle d'en laisser plus d'un derrière moi.
il m'en faut peu, vous savez...

pour corser l'affaire, je m'accorde 200m de récup entre les 1000 en trottinant. Ne me parlez pas en combien de secondes, je risque de sourire.

le premier mille, bouclé toujours trop vite en 3'30", me rappelle que nous faisons tous la même erreur.
Seuls les spécialistes de l'anneau savent exactement gérer dès le départ.

le deuxième en 3'35" pile va me donner les bonnes infos.
le 400m en moins de 01'25", un léger ralentissement constaté entre le 600 et 800m et une petite crispation à la sortie du dernier virage.
j'ai 200m pour m'adapter avant de repartir.
le 400 en 01'25" une petite accélération entre le 600 et le 800 et une course relâchée en sortie de virage soit 03'35" à l'arrivée.
Adaptation réussie pour le 4ème et 5ème courus dans le même temps.

Rien de grandiose dans cette séance, sinon la satisfaction d'avoir émargé à la seconde près.
Si celle çi me donne une bonne approche sur les temps espérés, elle ne me donne aucune certitude pour l'instant.
Il faudra voir sur 7 à 8 fois mille pour en apprendre un peu plus sur ma condition.
En sachant que janvier et ces cross départementaux et régionaux donneront un peu plus de consistance à ce genre d'effort qui, pour un vétéran, ne doit pas être pris à la légère.

La séance sur piste reste un entrainement particulier qui demande déjà un bon niveau et une certaine expérience.
Avec l'age et le passif, certaines précautions sont à prendre si on veut durer dans le temps...
Le but recherché ici, n'est plus de battre des records mais de garder une vitesse de base me permettant encore de truster des places d'honneurs sur des petites courses courtes départementales.
D'ailleurs, je serais à thiais samedi soir sur le 8km200, histoire de voir si la piste aura été bénéfique.
En passant, un petit coucou à mes amis aigris qui me montrent du doigt comme un chasseur de coupes populaires

J'espère que vous avez aimé le "comment je me la pète" de mes propos
bien entendu, je ne dépasserais pas les 80 coms comme le post polémique d'avant
c'est clair, aujourd'hui je parlais CAP, et ça, c'est pas accrocheur
désolé
je ferais mieux la prochaine fois

2007-12-03 15:08:23 : Déprime post forum - 1 photo - 96 réactions

Rassurez vous !
Ce n’est pas de moi que je parle ni de vous d’ailleurs puisque en fin de compte, on n’écoute que ce que l’on veut entendre…
Pas besoin de grandes études pour analyser cet état de faits constaté sur le forum.
Dire que l’on retrouve les schémas classiques de notre société n’est pas une preuve de sagesse ni d’intelligence supérieure d’ailleurs.
Si j’étais un expert en politique (sourire) je dirais que l’on retrouve une majorité souvent silencieuse aux yeux écarquillés quand des minorités en viennent à la polémique.
On aurait pu dire que la course à pied n’a pas de couleurs n’a pas de classes n’a pas de partis…tandis que les utopistes partent rêver sur leurs montagnes encore inaccessibles, je promène mes pieds contaminés sur vos sentiers tortueux.
Si le pseudo provocateur utilisé par magali et son obstination à ramener tout au sexe n’avait irrémédiablement condamné son post à la polémique sur cette question de l’après marathon, je pense que le sujet abordé aurait mérité un débat de fond.
La lutte des pouvoirs aura bien lieu…le combat pour exister est éternel
Dans la théorie des complots à savoir qui manipule qui, chaque protagoniste s’est enfermé dans sa logique des extrêmes, laissant libre cours à l’imagination perfide.
Pour donner la leçon, encore faut il l’avoir appris.
Et ce n’est pas votre « par cœur » qui risque d’impressionner.
Dans ce monde de comparaison ou chacun ne sait plus pourquoi il court, la dérive est omniprésente, à la grande joie des troll qui se feront un plaisir d’appuyer là ou l’on sait…
Simple constatation de l’anonyme que je suis.
Il est si facile, parfois, d’être au devant de la scène, de se prétendre quelqu’un d’autre pour briller le temps de cet instant que l’on croit unique.
Aussi facile que de s’enfermer dans le cercle de ses propres applaudissements en oubliant le chemin parcouru pour y arriver.
Demain, d’autres pseudos s’imposeront, d’autres tribus naîtront et nous disparaîtront comme tout ceux d’avant...avec ou sans états d’âme.
Sauf que l’importance n’est plus là
Je me rappelle juste les paroles de la fin de cette chanson sans prétention

« Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps
D'avoir à choisir un camp »

Et cela suffit à regarder devant moi différemment…

2007-11-29 17:24:21 : Kilomètre zéro - 1 photo - 22 réactions

Aussi loin que me pousse les souvenirs, je n’ai jamais su quand j’ai commencé…
Années 75, je ne voyais que par le foot et le PSG, le club de mon enfance.
C’était la grande sortie, quand on m’emmenait au parc des princes, un lieu magique pour mes yeux d’enfants.
Autre monde, autres mœurs, les années ont brouillé les cartes et laissé les donneurs de leçons à leurs propres versions.
A cette époque, on m’emmenait aussi à la forêt de Bondy, m’entraîner à tirer dans un ballon.
Bol de verdure pour un gamin de la banlieue, eh oui, les cités existaient déjà avec leur lot de misère sociale, c’est fou comme on oublie vite qu’il y a eu des avants.
C’est là que j’ai suivi les foulées de mon père pour la première fois.
Puis j’ai continué à l’école, dans des associations sportives scolaires où j’ai découvert l’athlétisme et les premiers tours de cendrées.
Mes premiers en cross en cadets restent des moments forts.
Courir à perdre haleine à la recherche de cette hypothétique victoire…
Doucement, j’arrive sur bientôt 30 ans de course à pied.
Ceux qui me connaissent de vue diront qu’on ne dirait pas mais ce n’est pas grave.
J’ai connu les peines et gloires du coureur à pied, traversant d’une foulée bon gré mal gré, de cadet à vétéran et j’en suis pas peu fier.
Des anecdotes, j’en ai plein, des conseils, pas sûr.
Alors, je revendique mon statut de coureur populaire qui restera la star de son quartier.
A chaque départ, je regarde devant, les yeux brillants, ces vétérans3 qui me narguent…
Qu’on me donne la force d’y être, un jour, d’y être encore…

2007-11-25 17:11:42 : Remise en question - 1 photo - 17 réactions

A chaque fois, c’est la même rengaine…
Comment expliquer ma présence dans ce champ de labour, balayé par une pluie qui vous rend si humble face à l’hostilité.
Je ne suis pas un rustique, pourtant. Je suis plutôt routard dans l’âme.
L’herbe, c’est pas trop mon truc et la boue n’est pas le genre d’élément qui m’inspire, surtout quand je me sens limite comme ce matin.
Camp de frileuse, Beynes, il n’y a pas plus bucolique pour se faire les pointes.
Tous mes adversaires catégorie vétéran sont là.
Les deux favoris, d’abord, puis les jeunes loups de 68 et celui qui a l’habitude de finir derrière moi. Je suis promis à la 3ème place, c’est le papier qui le dit.
La belle affaire !
Le chemin qui doit m’emmener au podium ne me dit rien qui vaille. Un peu plus de 7 km bien gras et tortueux où il faut avec ses racines bien planquées pour te conduire sans pitié à la faute.
Pas le temps de s’apitoyer sur mon sort, il faut déjà s’extraire du peloton pour négocier le premier chemin qui serpente au bout du large champ de départ.
Les mêmes fous devants qui ne tiendront que le kilomètre puis les rustiques, les vrais, ceux que je vais me coltiner tout le long d’un parcours à effectuer 3 fois.
Au bout de 3km, les places semblent figer, comme mes pieds dans ce passage difficile ou le 4ème vétéran me passe sans un regard.
A cet instant, il me resterait bien les yeux pour pleurer sur ce foutu temps qui passe…
Alors, les poings serrés, tête basse, tout haletant, j’accélère comme si c’était l’arrivée et je repasse l’impudent. Il ne reste que 4km finalement !
L’ancien qui me poursuit n’est pas du genre à lâcher l’affaire et je vais devoir m’employer pour le ramener à la raison. A chaque fois que je le sens revenir, j’en remets une couche, une bonne petite accélération bien vive qui s’avère usante voir déstabilisante à force pour le poursuivant.
Clair que ça fait mal, mais le cross ce n’est pas une histoire de calcul et celui qui ne risque rien mangera sa médaille au chocolat.
On pourrait appeler cela de l’intox mais répété plusieurs fois il y a de quoi énerver.
Dernier kilo, il ne lâchera rien, moi non plus, dommage pour lui…
J’ai assez d’avance pour terminer sans sprinter. 6ème de la course, 3ème vétéran, que demande le peuple ?
J’ai souffert pour en arriver là, et alors ?
Certes, tout cela pour une minuscule médaille de bronze sur un petit cross de quartier peut prêter à sourire.
On pourra toujours dire que la logique a été respectée, que c’est les mêmes que l’on retrouve.
Une chose est sure, au kilomètre 3, j’aurai bien aimé vous y voir…

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net