La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-12-17 14:26:15 : l’endurance reste mais la vitesse passe.

Après 40 ans, l’endurance reste mais la vitesse passe.
J’ai croisé cette phrase, par hasard, dans un magasine spécialisé.
Ça parlait de fractionnés avec les 10 conseils pour s’y mettre.
J’ai pensé, alors, à toutes ces personnes qui ont commencé après ce soit disant age fatidique ou la vitesse restera pour mémoire.
On peut toujours se projeter dans un passé et s’imaginer ce qu’on aurait pu valoir.
J’en devisais, un jour, avec un certain Sedef, sur un petit stade des Sables, à l’arrivée d’un de ces championnats qui vous classe parmi les coureurs dit bons.
Si ça se trouve…
Si ça se trouve on aurait pas pris les mêmes chemins, pas fait les mêmes erreurs et, à la fin, on aurait rejoué la complainte du pauvre coureur solitaire.
A sacrifier trop à sa passion, il en reste toujours les marques.
On peut envier le parcours des meilleurs, comparer les temps d’avant, énumérer à l’envi une carrière, je l’ai fait avant vous et que me reste il ?
La page se tourne doucement.
Ma petite conscience file vers ses sept ans bien plus vite que moi, et mes hypothétiques records.
Pour quelques mètres de plus, pour quelques secondes de moins, j’ai choisi un autre chemin et tant pis si je me trompe…
L’avenir ne se dessine pas dans ce qu’on aurait pu être.
L’avenir se dessine dans les yeux de ceux qu’on aime.

Les réactions

Par Montaigne, le 2007-12-17 14:31:27
Moi qui ai débuté à 41 ans, je n'ai pas fini de me retourner vers un passé pas si simple, dont le futur, actuellement présent, eût pu subjonctivement être tout autre. En CAP comme pour tout le reste. Mais le vrai futur est devant nous. A nous de le décider.

Par PI, le 2007-12-17 15:03:07
je me suis toujours demandé si après 40 ans, ça valait le coup de travailler sa vitesse! Pour le moment je dis oui mais je passe vétéran que dans un an! En tous les cas, tant qu'on peut courir c'est du bonheur!

Par serge92, le 2007-12-17 15:06:13
qu'ils t'aiment longtemps, longtemps, longtemps......

Par @PI, le 2007-12-17 15:17:05
Moi je me suis toujours demandé si ça valait coup de travailler aprés 40ans.
C'est vrai, les enfants sont grands ou presque, alors bosser pourquoi ? maintenir un niveau de vie qui permette de faire un peu la fête de temps en temps alors qu'il serait si simple de plonger dans la décadence et le stupre moyennant si peu d'effort.
On prend notre dernier salaire et on se casse aux antilles, on doit bien pouvoir squatter un bout de plage au frais de la princesse non ?

Par gavroche, le 2007-12-17 15:26:55
eh bien moi qui ai commençé bien après 40 ans, je viens de comprendre ce qu'est courir plus vite après avoir gagné 3' hier à issy avec mon petit niveau et les années qui filent,je me contente de ce qui passe et je suis bien contente de voir que je peux encore progresser, des petits bonheurs fugaces mais sympas.
bizzzz

Par Krusti, le 2007-12-17 15:34:09

"Je n'atteindrai jamais les 40 ans" comme beaucoup, adolescent, je me suis gavé du Divin Boris.
D'ailleurs au passage de cette année là j'ai presque eu les j'tons.
Maintenant c'est que du bonus alors le rythme tu penses bien...
En même temps on a sans doute pas les même vertiges sur la question copain Mielou.

Par ric², le 2007-12-17 16:12:31
Mielou est un coureur de l’avenir

Il expérimente : il accomplit sa course au-delà du passé et du présent (et donc aussi du pyrrhonisme et de la critique facile) — d’abord, il se connaît, il se sait : grâce à son histoire, sa généalogie, il sait ce qu'il ne peut pas être.
Sa fidélité, à la fois, à l'expérimentation et à l’autocritique permet d'éviter les faux pas, elle lui indique aussi la direction à suivre (même à la nocturne de Thiais, paradoxalement). Il sait, n’en déplaise à l’AB, mettre de côté ses valeurs héritées du christianisme qui faussent et pervertissent la relation au temps. Il sait que seule la création de nouvelles valeurs pourra rétablir une relation juste. Il sait qu’il faut aller au-delà de la seule indication, de la seule proposition : son expérimentation doit avoir la force d’une législation.
Car expérimenter, c'est aussi légiférer, c'est-à-dire décider de nouvelles valeurs.
Décider, mais aussi partager : son expérimentation de nouvelles valeurs est en même temps l'invention de nouvelles relations entre les runners (c’est le thème de 87% des sujets abordés dans son blog). C'est pourquoi sa pratique ne peut-être l'affaire d'un philosophe unique et elle exige qu'on parle de l'avenir à la première personne du pluriel (voir ses tentatives effrénées de créer Son thread communautaire sur le thème du lièvre). Si le coureur philosophe est solitaire, sa solitude reste une solitude partagée. Si le souci du Mielou dans ce billet réside dans la recherche d'une relation ajustée au temps, il est plus largement dans la quête d'une nouvelle justice. Si elle devait l'être, ce serait, sans aucun doute, au sens où elle rendrait possible ce nouvel « être ensemble » des runners. Nous laisserons, pour conclure, la parole à Raymond Nietzsche, avec le sentiment avoué que ses questions sont, plus que jamais, les nôtres :
Les philosophes proprement dit sont des hommes qui commandent et qui légifèrent: ils disent «il en sera ainsi !», ils déterminent la destination et la finalité de l'homme et disposent pour cela du travail préparatoire de tous les ouvriers de la philosophie, de tous ceux dont le savoir domine le passé; ils tendent vers l'avenir des mains créatrices, tout ce qui est, tout ce qui fut leur devient moyen, instrument, marteau. Leur "connaissance" est création, leur création est législation, leur volonté de vérité est volonté de puissance. -- Y a-t-il aujourd'hui de tels philosophes ? Y eut-il déjà de tels philosophes? Ne faut-il pas qu'il y ait de tels philosophes ?
Nous répondrons à Raymond Nietzsche, oui, l’un d’eux s’appelle Mielou.

Par Raymond, le 2007-12-17 16:16:56
Mouais, j'ai un doute là...

Par Grognon, le 2007-12-17 16:18:49
Je m'en fout moi j'aime personne...

Par Prof, le 2007-12-17 16:26:26
Malheureux tu n'as donc pas d'avenir !

Par Simplet, le 2007-12-17 16:27:16
Et si ceux qu'on aime regarde ailleurs l'avenir est encore plus loin ?

Par La castafiore, le 2007-12-17 16:30:03
Je m'aime, je me regarde dans le miroir droit dans les yeux.
Mon avenir est donc mon présent.
L'eternel jeunesse disponible dans toutes les bonnes salles de bain.

Par Prof, le 2007-12-17 16:31:21
Simplet, tais toi et rame puisque tu m'aimes.

Par Rachidouuuu, le 2007-12-17 16:36:13
Continue mon Mielou que j'adore surtout cette phrase de conclusion
"L’avenir ne se dessine pas dans ce qu’on aurait pu être.
L’avenir se dessine dans les yeux de ceux qu’on aime."
tu as tout compris sur la dame vie

Par Un quarantenairus, le 2007-12-17 16:37:08
Moi j'aime la course à pied.

Par Le nain gras, le 2007-12-17 16:54:12
moi je cours aprés mon avenir, mais il court plus vite que moi, je le touche a peine du bout des doigts qu'il se sauve et me laisse là, sans voix.

Par Un quarantenaire russe, le 2007-12-17 16:55:20
L'avenir ?
Ca existe encore ?

Par mielou, le 2007-12-17 17:07:39
bonjour
j'aime bien vos réflexions sur la quarantaine
cette envie d'aller voir plus loin que les clichés.
si j'étais philosophe, je vous trouverais presque sage.
mais ric le sait bien.
on apprend pas aux vieux ours...

Par Parisi, le 2007-12-17 17:44:18
Oulà !!!! j'ai commencé la CAP à 59 ans !!! lol lol

Mais le sport à 14 ans .

L'avenir , je cours après et je ne souhaite pas aller trop vite !!! lol

A+++ Mielou

Ps C'est en 2008 que j'espère avoir enfin l'occasion de te rencontrer .

Par manga3, le 2007-12-17 17:55:43
Toujours un plaisir de te lire, je vais être encore plus attentif au yeux de ma belle ce soir, et puis demain aussi, et après demain également, enfin chaque jour quoi.....

PS: c'est quand tu veux pour descendre sur Toulouse...peut être dans un avenir proche..!!!

Par Brinouille, le 2007-12-17 18:09:54
comment ce sera de l'autre côté de la barrière des 40 ? moi j'ai rendez vous dans 1 ans 1/2 pour le savoir.... On verra bien et on fera avec quitte à trouver de nouveaux terrains de jeux.... y'a déjà du beau monde sur ces nouveaux terrains on va s'amuser ; ) !

Par Delphine, le 2007-12-17 22:16:46
Bises Mielou

Delphine

Par Pépito, le 2007-12-17 22:55:18
Hello Mielou,

Toujours à te (re)lire ...

Par al, le 2007-12-17 23:56:00
brinouille 40 ans bientôt ????? c une blague gamine !

Par Brinouille1982, le 2007-12-18 09:05:46
En effet je plaisante car d'apres mon pseudo je n'ai que 25 ans et demi.

Par nenni, le 2007-12-18 09:17:04
Le temps que je prends est le temps qu'il me faut, et c'est ma seule référence. Je refuse la vitesse si elle me fait passer à coté de l'autre, sans pouvoir communiquer.
J'essaie d'inculquer cet état d'esprit à mes mômes... La vitesse si l'on est seul ne sert pas à grand chose.

Par GGBI, le 2007-12-18 14:05:20
Tout juste 40 ans, j'espére encore pouvoir aller de l'avant quelques années.

Par Brinouille, le 2007-12-18 16:16:23
Mouai....Si je met brinouille69 ça va faire un poil trop érotique ; )
bon trêve de bêtises laissons ce blog à son Mielou d'initiateur.

Par Un homme heureux!, le 2007-12-19 15:56:31
La quarantaine, pour les hommes, c'est beau!

Par PI, le 2007-12-20 10:50:40
il paraît que 40 ans est l'âge où on se sent le mieux. Vivement l'année prochaine alors!

Par mielou, le 2007-12-21 08:30:58
bonjour
à celles et ceux qui trouvent la quarantaine flamboyante
il parait que 50, c'est pas non plus...
encore merci pour vos réactions

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2007-12-13 14:29:00 : rappel aux trolls limités - 0 photo - 32 réactions

bonjour du jeudi
rappel aux trolls limités
même si je vous trouve amusants sur certains points et que ma tolérance reste immense, je tiens à préciser que penser qu'on ne peut pas vous tracer sur un blog, même avec un mail anonyme, me fait doucement sourire.
pas la peine de me sortir la panoplie du bon petit hackeur de base avec ses multiples parades, je sais simplement que vous n'avez pas le niveau requis pour espérer mieux...
autre précision, copier coller de l'original pour faire croire dans le texte que l'intrus c'est l'autre, ne date pas d'hier.
oh, bien sûr, loin de moi l'idée de faire appel aux services spécialisés de certains de mes camarades pour essayer de savoir à qui j'ai l'honneur, quoique la dernière réaction pourrait m'inciter à y réfléchir même si la jeunesse de son auteur pourrait faire l'objet d'une quelconque excuse.
se sentir protéger derrière l'anonymat (relatif) d'un ordi, surtout celui de son job, risque de réserver certaines surprises à l'avenir.
ps: il est clair que, pour l'instant, je ne fais aucune liaison avec le nouveau forum qui vient de se créer et les attaques régulières que subissent, ces derniers jours, certains membres de ce site.
autre ps : on peut être un rouage de l'état, encore faut il que le gars qui voudrait le gripper ai les doigts assez solides pour se le permettre...
dernier ps: n'y voyez pas une menace, juste un avis.
ma profession et mon côté décalé fait que je suis déjà "suivi" dans tout ce que je pourrais dire ou écrire.
désolé, pour celui qui trouverait dans mes propos, un intéressement particulier...

2007-12-10 16:07:19 : Sur la piste de Victor… - 1 photo - 24 réactions

Au départ, il y avait cette femme et son voyage.
Elle racontait...un lundi, le 09 octobre 2006 à 20h49
"Rien n'est charmant, à mon sens, comme cette façon de voyager.-A pieds!-On s'appartient, on est libre, on est joyeux; on est tout entier et sans partage aux incidents de la route, à la ferme où l'on déjeune, à l'arbre où l'on s'abrite, à l'église où l'on se recueille.
On part, on s'arrète, on repart; rien ne gène rien ne retient. On va et on rève devant soi; la rèverie voile la fatigue. La beauté du paysage cache la longueur du chemin. on ne voyage pas on erre. A chaque pas qu'on fait, il nous vient une idée. Il semble qu'on sent des essaims éclore et bourdonner dans son cerveau... (1843,le Rhin, les Burgraves)"

Victor Hugo ne serait jamais un capeur , Freddie sûrement…

Puis, des hommes de grandes solitudes se sont rassemblés sur ce chemin, y plantant un fanal, histoire de s'y retrouver le temps de ces instants que l'on aime perdre sans savoir.

Il y eu d’abord l’excellent Deepsky, un Maxbault et même Fartlek avant l’arrivée du légendaire Steph66.
Des pseudos d’un autre temps avant que ne débarque l’AB et ses premiers intermittents, les dénommés raztab, montaigne ou JPII.
MikaB et kuanza n’étaient pas encore des piliers et Kriko juste un timide passager.
La première féminine à s’aventurer fut une guest star, miss Delphine en personne, avant qu’audrey59 et sophquipeut n’inspire la bande au blouson noir.
Ce premier post inspira même un angelo aux accents slamificateur ou un oliver en verve ainsi que les premiers pas de joël…
Si le deux explosa en vol, ceux qui suivirent furent de haute tenue et rameutèrent une horde de passants hétéroclite qui contribuèrent au succès de l’entreprise.

Chez Victor aurait pu devenir un lieu de perdition pour gars éternellement incompris, avec ses filles de bonne compagnie que l'on aime blondes de circonstance et pas farouches de la langue.
On aurait même pu en faire une institution, un ovni capesque à faire râler plus d'un puriste, oui, on aurait pu...

La musique déroule les mots que l'on aimerait entendre...
C’est bien FreddieCatherine l’instigatrice.

De temps en temps des jolies filles dansent sur les tables, elles s’appellent baghera, marlène, calou, linda ou bien encore nina, sous les yeux subversifs d’un ric puissance deux et ceux, non moins lubriques, d’un blouson noir transformiste décoré d’une croix.
Tandis que MikaB et ku, amoureux transis, entremêlent leurs accents, accrochés au comptoir, l’AB prêche pour une utopique paroisse devant un authentique raztab’.

Courir sur les mots est un exercice périlleux.
Accroché aux montres qui gèrent les battements du coeur, nous ne regardions plus personne.

Elle a détourné nos regards

Passer chez Victor ne veut pas dire s'arrêter
il y a bien quelques piliers à la voix forte, aux propos qui, parfois vous griffent, aux larges mains qui vous toucherait l'épaule et plus si une furieuse affinité s'en faisait sentir.
Les coupes, les médailles sont pour mémoire dans ce lieu, où, seul compte l'échange verbal, la phrase décalée, le mot qui touche ou le sourire qui fâche...

Quel intérêt alors d'en faire une icône ?
C’est vrai, ce n’est pas ça la course à pied, ça ne peut pas être ça...

"Alors, elle a sourit,
me regardant droit dans les yeux,
et sans un mot, dans un parfum d'esprit,
s’est envolée au vent. "

Courez,
courez braves gens
de l'arrivée, il y en aura pour tout le monde.
Laissez moi simplement m’attarder encore
Sur le chemin aux illusions…


http://www.courseapied.net/forum/msg/30760.htm

2007-12-09 10:47:25 : Nocturne de Thiais : comme un gout d'inachevé... - 1 photo - 21 réactions

Il fallait en avoir pour se retrouver hier soir au départ de cette corrida.
De la pluie, du vent et de la froidure pour bien nous mettre dans l'ambiance.
Les chasseurs de podiums sont bien aux avants poste, on peut lancer l'affaire, cela promet d'être show.
Ça part comme d'hab', à font les manivelles sur cette route mouillée à souhait et sous un éclairage vacillant.
Il faut bien 4km pour que les places se stabilisent entre les jeunes fous et les vieux briscards.
Après un démarrage assez rude, je reprends des couleurs dans une grande descente pour revenir sur un groupe qui joue le top 10; A cet instant, le podium en vétéran est envisageable, j'ai du pied et assez de motivation pour rentrer dans la bagarre.
Mais un bénévole, sensé se trouver à un carrefour stratégique, en a décidé autrement...
La tête de course s'engage sur le mauvais itinéraire, entrainant près de la moitié des participants dans son sillage.
Terrible pour les premiers, incompréhension pour les poursuiveurs, tout est chamboulé sans espoir de retour à la normale.
J'ai beau crier très fort dans ma tête, je sais que cela ne changera rien.
Derrière, tout le monde s'est aperçu de l'erreur d'aiguillage, et tout le peloton, d'un bloc, a fait demi-tour.
Les premiers seront les derniers...
Tout est à refaire pour revenir devant et pas mal ont déjà jeté l'éponge.
En doublant ce peloton désorganisé, je salue mon pote V3 avec humour, il me reste bien peu de temps pour espérer autre chose qu'une place d'honneur.
Je rigole moins en rattrapant un diable qui a profité de la circonstance pour s'accrocher aux basques de quelques revenants.
L'arrivée approche trop vite, je n'irais pas sprinter, à quoi bon ?
Un verre de vin chaud à la main, je retrouve mes camarades d'infortune.On se la refait à l'envers et on sourit, même si je lis dans le regard de certains une pointe d'amertume.
Si cette épreuve me laisse un gout d'inachevé, je sais bien, qu'au fond de moi, ce genre d'incident me fait relativiser.
Et c'est tant mieux pour l'esprit...
On n'estime pas une course à coup de chronos théoriques ou de projections faciles.
On l'a vit, sur le terrain et on se la raconte, une fois la ligne franchie.
Le reste ne restera que spéculations...

Mielou
18ème au scratch - 5ème v1

2007-12-05 11:54:52 : Séance sur piste pour vétéran régional 3 recherchant la perf - 1 photo - 121 réactions

Avertissement
cette séance s'adresse au coureur confirmé ayant une connaissance consensuelle de la course à pied
ps: bien sûr qu'il y a de l'humour dans ces propos comme si courir était sérieux...

n'empêche que 5x1000, ça peut impressionner comme ça

cobaye du jour : mielou, 43 ans, 68kg pour 1m80
brun au yeux marrons mais un peu marié, eh oui, c'est pas meetic ici.

piste de 400m de maisalf pour pas changer, une paire de scott bien rouge et un maillot technique manche longue de la célèbre marque d4

traditionnel échauffement miellesque, même pas 15mn sans étirements et juste 5 lignes droites rapides.
A déconseiller vivement pour les non initiés !!!

objectif : 5 mille en 3'35"
en vue de se rassurer pour la saison 2008 et accessoirement approcher les moins de 36' sur au moins deux 10km histoire d'être classé R2
hormis les inscriptions offertes par le club, rien à gagner sinon la satisfaction personnelle d'en laisser plus d'un derrière moi.
il m'en faut peu, vous savez...

pour corser l'affaire, je m'accorde 200m de récup entre les 1000 en trottinant. Ne me parlez pas en combien de secondes, je risque de sourire.

le premier mille, bouclé toujours trop vite en 3'30", me rappelle que nous faisons tous la même erreur.
Seuls les spécialistes de l'anneau savent exactement gérer dès le départ.

le deuxième en 3'35" pile va me donner les bonnes infos.
le 400m en moins de 01'25", un léger ralentissement constaté entre le 600 et 800m et une petite crispation à la sortie du dernier virage.
j'ai 200m pour m'adapter avant de repartir.
le 400 en 01'25" une petite accélération entre le 600 et le 800 et une course relâchée en sortie de virage soit 03'35" à l'arrivée.
Adaptation réussie pour le 4ème et 5ème courus dans le même temps.

Rien de grandiose dans cette séance, sinon la satisfaction d'avoir émargé à la seconde près.
Si celle çi me donne une bonne approche sur les temps espérés, elle ne me donne aucune certitude pour l'instant.
Il faudra voir sur 7 à 8 fois mille pour en apprendre un peu plus sur ma condition.
En sachant que janvier et ces cross départementaux et régionaux donneront un peu plus de consistance à ce genre d'effort qui, pour un vétéran, ne doit pas être pris à la légère.

La séance sur piste reste un entrainement particulier qui demande déjà un bon niveau et une certaine expérience.
Avec l'age et le passif, certaines précautions sont à prendre si on veut durer dans le temps...
Le but recherché ici, n'est plus de battre des records mais de garder une vitesse de base me permettant encore de truster des places d'honneurs sur des petites courses courtes départementales.
D'ailleurs, je serais à thiais samedi soir sur le 8km200, histoire de voir si la piste aura été bénéfique.
En passant, un petit coucou à mes amis aigris qui me montrent du doigt comme un chasseur de coupes populaires

J'espère que vous avez aimé le "comment je me la pète" de mes propos
bien entendu, je ne dépasserais pas les 80 coms comme le post polémique d'avant
c'est clair, aujourd'hui je parlais CAP, et ça, c'est pas accrocheur
désolé
je ferais mieux la prochaine fois

2007-12-03 15:08:23 : Déprime post forum - 1 photo - 96 réactions

Rassurez vous !
Ce n’est pas de moi que je parle ni de vous d’ailleurs puisque en fin de compte, on n’écoute que ce que l’on veut entendre…
Pas besoin de grandes études pour analyser cet état de faits constaté sur le forum.
Dire que l’on retrouve les schémas classiques de notre société n’est pas une preuve de sagesse ni d’intelligence supérieure d’ailleurs.
Si j’étais un expert en politique (sourire) je dirais que l’on retrouve une majorité souvent silencieuse aux yeux écarquillés quand des minorités en viennent à la polémique.
On aurait pu dire que la course à pied n’a pas de couleurs n’a pas de classes n’a pas de partis…tandis que les utopistes partent rêver sur leurs montagnes encore inaccessibles, je promène mes pieds contaminés sur vos sentiers tortueux.
Si le pseudo provocateur utilisé par magali et son obstination à ramener tout au sexe n’avait irrémédiablement condamné son post à la polémique sur cette question de l’après marathon, je pense que le sujet abordé aurait mérité un débat de fond.
La lutte des pouvoirs aura bien lieu…le combat pour exister est éternel
Dans la théorie des complots à savoir qui manipule qui, chaque protagoniste s’est enfermé dans sa logique des extrêmes, laissant libre cours à l’imagination perfide.
Pour donner la leçon, encore faut il l’avoir appris.
Et ce n’est pas votre « par cœur » qui risque d’impressionner.
Dans ce monde de comparaison ou chacun ne sait plus pourquoi il court, la dérive est omniprésente, à la grande joie des troll qui se feront un plaisir d’appuyer là ou l’on sait…
Simple constatation de l’anonyme que je suis.
Il est si facile, parfois, d’être au devant de la scène, de se prétendre quelqu’un d’autre pour briller le temps de cet instant que l’on croit unique.
Aussi facile que de s’enfermer dans le cercle de ses propres applaudissements en oubliant le chemin parcouru pour y arriver.
Demain, d’autres pseudos s’imposeront, d’autres tribus naîtront et nous disparaîtront comme tout ceux d’avant...avec ou sans états d’âme.
Sauf que l’importance n’est plus là
Je me rappelle juste les paroles de la fin de cette chanson sans prétention

« Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps
D'avoir à choisir un camp »

Et cela suffit à regarder devant moi différemment…

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net