La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-02-26 12:01:52 : je suis le plus beau, je suis le plus fort

j'étais le plus beau, j'étais le plus fort avant de vous rencontrer au détour d'un chemin
j'étais pourtant bien dans mon monde, avec mon pote ego et ma cour jamais avare de compliments
quelle idée de me faire remarquer que ce n'est pas la couleur de mes baskets qui font l'athlète
vexé, je suis parti sans vous serrer la main
j'ai commencé à me poser les mauvaises questions, à faire les erreurs que l'on appellent humaines quand ça arrange
et c'est arrivé...
une chute de trop, la blessure et mon fan club qui me trompe pour d'autres héros
je vous ai maudit, c'est sûr
je suis devenu moche, je suis devenu faible et cette route qui n'en finit plus

c'est dingue comme on pourrait pleurer sur son sort, se donner la leçon pour faire style plus intelligent
on peut aussi regarder dans l'assiette du voisin, à crier au loup, une poutre dans les deux yeux
moraliste à deux euros, je connais, j'en suis un

il n'y a jamais de rapport avec la course à pied quand on ne veut pas en voir
comme ce gars que j'ai croisé dans cette côte avec ce sourire en coin parce que je descendais la difficulté...
peut être s'est il posé la question, que pour en arriver là, il a bien fallu la gravir
peut être pas....qu'importe
un regard peut changer une vie, comme une poignée de main...c'est sans doute le donneur de leçon qui vous le dit

je ne suis plus le plus beau, je ne suis plus le plus fort
et tant pis si je ne parle pas de course à pied

chaque matin que le destin me laisse, j'enfile mes runnings et je pars écouter battre mon cœur, la bas, dans les chemins incertains, loin de la folie humaine...

Les réactions

Par nenni, le 2008-02-26 12:21:38
"chaque matin que le destin me laisse, j'enfile mes runnings et je pars écouter battre mon cœur, la bas, dans les chemins incertains, loin de la folie humaine..."
Et c'est pour cela que tu seras toujours le plus grand, le plus beau, le plus fort !

Par gavroche, le 2008-02-26 12:52:23
des fois le mouton mange le loup mais c'est rare :)))
bizz continue à nous charmer de tes mots

Par Mika B, le 2008-02-26 13:03:22
Le plus beau, le plus fort!
Tiens, on parle de moi ici......
Merci Miélou.......Ah! d'accord tu enquétes sur moi, je me disais aussi, comment il sait tout ça celui là?Aller
Passe ton chemin Miélou, mais arrétes toi ici à chaque occase.......
Mika, le + beau,le + fort, quand il est tout seul........

Par Krusti, le 2008-02-26 13:10:27

Forcément, sur le dessin le Lycanthrope semble sévèrement pronateur, et comme il n'est manifestement pas équipé en NB 1011 il est inquiet.


A moins que ça ne vienne de l'haleine du mouton qui digère mal les De Cecco.
A bientôt Mielou.

Par ?, le 2008-02-26 13:20:25
iléou le rapport avec la cap ?

Par Parisi, le 2008-02-26 13:38:28
Bonjour MIELOU

Une fois de plus , c'est très beau et si juste ce que tu viens t'écrire .

Oui , c'est la Vie et quand on aime courir , la CAP en fait partie .

Parisi

Par Squirrelita, le 2008-02-26 13:45:30
Ah !!! La compétition !!!
Encore si elle n'était réservée qu'au domaine sportif !
Je suis tout à fait d'accord avec Nenni ! TLPB et TLPF !
Au plaisir de te croiser aux détours d'un fourré dans le bois ! Même scénario mais avec un écureuil!
De sortie ce dimanche à Vincennes pour le semi ?

Par Wimm, le 2008-02-26 13:52:31
Etrange, pourtant ma maman me disait que j'étais le plus beau et le plus fort ? Elle m'aurait menti ?

Par ton miroiir, le 2008-02-26 14:12:40
c vrai ke t'es le + bo et le + fort

Par Poopa, le 2008-02-26 14:34:17
Mielou qui cite Cassius Clay...ma journée est foutue!

Bientôt il va dire comme lui: " je suis jeune, mignon et quasiment imbattable "

Par PBQM, le 2008-02-26 14:57:35
Mielou ne peut pas être plus beau que moi, puisque JE suis le plus beau

Par GGBI, le 2008-02-26 15:10:09
Salut mielou,

Pour la descente, tu ne crois pas si bien dire. Pendant mon séjour a la neige, j'ai croisé un amis dont la femme l'avais déposé a la station.

Il redescendais en courant.

Bon une fois dans la vallée, il restait une bonne portion de plat, mais bon je trouve qu'il lui manquait l'essentiel.

Par mieloup, le 2008-02-26 17:56:48
sourire
ce n'est pas trois mots mélangés qui font les grands, nenni
je n'oublie pas que je suis aussi con que mon ami rasmu quand ça me prend
merci gavroche, pour le mouton qui mange, j'ai des doutes, quoique un frogus motivé me prouverait mordicus, le contraire
j'ai pensé à toi Mika, alors je continue...
la preuve qu'un frogus motivé sait trouver un chemin dans un dessein, n'est ce pas cher Krusti
rebonjour point d'interrogation, c'est vrai, il est où le rapport ?
un bonheur futile que certains ne peuvent comprendre...merci Parisi pour ton passage
mes hommages, écureuil charmeur, désolé pour dimanche, un break de quelques jours...
non wimm, Maman ne ment jamais !
mon beau miroiiir, dis moi encore...
je suis jeune, mignon et quasiment imbattable ? c'est Poopa qui va être content...
oui PBQM, mais tu as oublié TM...
j'ai connu des descentes plus terribles que des montées Gérard...sourire

Par Wolf, le 2008-02-26 19:22:59
Même pas peur!

Par Dubit., le 2008-02-27 03:25:28
Ca craint!

Par brinouille, le 2008-02-27 06:44:58
j'aime beaucoup l'image jointe.... désormais dans le métro aux heures de pointes quand je verrai des agressifs je penserai à un troupeau de moutons qui joue au loup, ça me fera sourire.

Par nenni, le 2008-02-27 07:32:38
trois mots mélangés, non, mais l'esprit qui va avec...

Par , le 2008-02-27 10:28:05
c pars kil ne sé pa mélangé lé mo il croi ke la litérature c ke dé salade mé c juste kil sé pa la préparé

Par FreddieCatherine, le 2008-02-27 11:59:20
?+! = ....

ou une autre théorie de la relativité.

mais ou est le rapporC ?

c'est de l'art ou du Koch hein ?

Je suis polie et je vous souhaite le bonjour à tous?

Ou bien je fais ma crasse et je vous roule une pelle-pioche?

Révérence Sire .

FreddieCailloux

Par manga3, le 2008-02-28 08:59:26
Pas certain que tu sois le plus beau, aurais-tu oublié la Môlo's Team et le beau Lolo...? Parler d'autre chose que de la course à pied semble normal....si tu savais de quoi nous parlons chaque jour avec ma belle....affaire à suivre...!!!
Lolo

Par Eric77, le 2008-02-28 23:22:19
Au fait, qui a dit déjà "Au pays des aveugles, le borgne est roi" ?

Encore un billet intemporel à savourer sans modération, merci Mielou !

Par , le 2008-02-29 12:51:52
Mielou, le docteur es sagesse. Fais gaffe, lecteur, t'es en train de commettre une erreur ! Et Mielou est là pour te faire pan-pan sur les doigts, voire avec son flingue.

Par mielou, le 2008-02-29 13:07:59
tu es bien hatif, Dubit., mais tu as raison de donner ton opinion
miss tamalou et son sourire, imparable...
comme le dit l'inconnu, c'est la prépa qui pose problème, nenni
surement trop de moutarde et pas assez de sel...
dame Freddie a ressorti la pelle...les trous n'ont qu'a bien se tenir
ta photo de toi, nu dans la rivière, le couteau entre les dents, me hante encore mister manga...
toi aussi tu souris quand tu cours éric, méfie toi !
rasmu, mon bon rasmu...signe au moins tes post, ça m'évitera de les censurer régulièrement, celui là, je le laisse par compassion...sourire

Par materazzi, le 2008-02-29 13:27:35
Et en plus il compatit, trop grand seigneur pour censurer le Mielou ! Il n'a pas fini de sourire du haut de sa majesté, celui-là !

Par materazzi, le 2008-02-29 16:24:45
pourqué tou mapelé encoré rasmoussen yé soui marco materazzi minténan, lé plou gran espri sportif dé touté lé copa de lé moundo.

Par Pépito, le 2008-02-29 23:08:29
"When, petite sœur,We'll just have to remember.
I'll be down,No more, the old dancing music sound.
All day long in my gown,When I will be down.

Quand j'serai K.O.,
Descendu des plateaux d'phono,
Poussé en bas
Par des plus beaux, des plus forts que moi,
Est-ce que tu m'aimeras encore
Dans cette petite mort ?

Attention : plus personne
Porteurs de glace de chewing gum,
Plus d'belle allure,
Chevaux glissant sur la Côte d'Azur.
Quand j'serai pomme,
Dans les souv'nirs, les albums,
Est-ce que tu laisseras
Ta main, sur ma joue, posée comme ça ?
Est-ce que tu m'aimeras encore
Dans cette petite mort ?

Plus d'atoll
Pour une déprime qu'a du bol,
Plus les folles
Griffonnant "Je t'aime" sur des bristols.
Quand j'serai rien
Qu'un "coureur" de salle de bains,
Sans clap clap
Sans guitare, sans les batteries qui tapent,
Est-ce que tu m'aimeras encore
Dans cette petite mort ?
Alain S.

Par ah ces militaires !, le 2008-03-01 12:23:40
Quoi de moins discret qu'un blindé pour se faire la belle ? C'est pourtant la prouesse que vient de réaliser un légionnaire. A l'issue de manoeuvres au camp de Sissone (Aisne) dans la nuit de mercredi à jeudi, le militaire n'a pas trouvé mieux pour déserter que de subtiliser un Véhicule de l'avant blindé (VAB), généralement utilisé pour le transport de troupes.

Au volant de l'imposant véhicule - long de 6 mètres et large de près de 3 mètres-, le légionnaire a parcouru environ 40 km pour se rendre à Reims, la ville la plus proche où se trouvait une gare, selon la gendarmerie de Reims, confirmant une information du quotidien l'Union.

Jeudi au petit matin, le blindé a été découvert en plein centre-ville, impeccablement garé en face d'une boutique, sur un emplacement de stationnement pour voiture. Après avoir suscité l'étonnement des passants et de la gendarmerie dépêchée sur place, le VAB a été récupéré dans l'après-midi par des militaires du 1er Régiment étranger de génie (1er REG), basé à Laudun (Gard), auquel appartenait le déserteur. Ce dernier, dont la nationalité n'a pas été précisée, avait lui-même alerté ses camarades et leur avait fait part de son intention de résilier son contrat d'engagé. Il était toujours en fuite vendredi.

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2008-02-21 09:52:06 : Le coureur nu - 3 photos - 34 réactions

C’était juste un coureur à pied, ni trop vieux, ni trop jeune
Sans bling bling, sans chichi, il traçait des chemins où les questions ne se posaient même plus
Pas de numéros sur la poitrine, pas de secondes à perdre ni à gagner
Il courait, nu, sans se soucier de ces regards qui provoquent les haines
Si je l’avais croisé, je l’aurais peut être suivi du regard, le temps d’y penser
Faiblesse, lâcheté, des réponses, j’en avais des tonnes
Sur ma ligne, noyé dans la zone de départ, je vérifie une dernière fois mes lacets
Tiré à 4 épingles, le doigt sur la montre, j’attends le feu libérateur
Engoncé dans mes certitudes, je n’ai pas vraiment envie d’en savoir plus
« L’homme est un loup pour l’homme »
et si la morale consistait à vivre selon notre bon plaisir ?...

2008-02-07 17:10:29 : L’autre monde… - 7 photos - 8 réactions

Après une élimination sans gloire aux régionaux, je n’en avais pas fini avec mes pointes
Il me restait cette épreuve tant attendue mais si redoutée, le championnat de France militaire de cross sur le parcours mythique du ouest France au mans
Dans les derniers qualifiés, je m’attendais à ce combat de fin de peloton où un VTT sournois rappelait aux spectateurs qu’il n’y avait pas qu’un premier.
Les vétérans étaient du matin, ça tombait bien, moi aussi
150 pour un départ de ouf comme les puristes aiment, un rapide coup dans le rétroviseur me laisse imaginer une course relativement sereine, d’ailleurs, au bout de 3km, les écarts sont déjà conséquents. Je ne sais pas ma place à ce moment, on ne compte plus après 50…
Le parcours est superbe, technique, autant se faire plaisir, je pars à l’attaque de trois, quatre coureurs disséminés dans le bois. J’attaque, j’accélère, j’esbroufe, je suis dans ma bulle, celle de ceux qui luttent pour un rien, c’est ce qu’il me fallait pour retrouver les sensations
Juste une dernière boucle ou j’irais chercher un à un les isolés devant moi. Un final au sprint pour une place d’honneur disputée à un pote. Pas de quoi provoquer des ola juste des sourires que certains ne comprendront jamais. 85ème, anonyme et fier de l’être juste pour dire, j’y étais
Fabien Manzanares, 44 ans, (3’59 au 1500m en 2007) l’emporte devant le jeune jean luc Devroute, 40 ans, (02h27 au marathon de dunkerque 2007), dommage d’avoir raté le final
Le temps de prendre une douche, deux leffe pression et un bon repas et me voilà reparti assister à la course des as, un autre monde.
Les gars et les filles qui s’arrachent devant mes yeux ébahis sont des stars qui dévorent le parcours en laissant dans leurs sillages cette impression étrange de facilité et pourtant...
Alors que les concurrents en finissent, j’attends un camarade invité de dernière minute sur le long qui découvrait ce fameux haut niveau. Il a le masque mais il sait, maintenant…

J’ai un beau survet FGMI qui pourrait faire croire, mais non. Je connais ma place, celle de ces coureurs anonymes qui se battent à leur niveau pour ces secondes que l’on estime précieuses. J’en discutais encore avec Ali Ouadih, un Monsieur de la course sur route, en revenant ce matin du Mans
Ce n’est pas parce que je fais la bise à julie, élodie ou samira que j’ai oublié d’où je viens
Côtoyer l’élite ne reste qu’un instant futile, un souffle sur une joue et puis s’en va…
Appelez cela comme vous voulez, il me restera que quelques photos, des regards échangés et surtout pas cette arrogance et cette suffisance que quelques aigris aimeraient tant se gausser

Cross court hommes. 1. A. Kiprotich (1er RE), les 4 733 m en 13'52 ; 2. Y. Mandour (1er RE), 13'53 ; 3. M. Yemmouni (93 Ram), 13'57 ; 4. H. Hirt (FGMI), 14'02 ; 5. T. Guilbault (BA 110), 14'05
Cross long femmes. 1. J. Coulaud (FGMI), les 4 733 m en 16'08 ; 2. E. Olivares (40 RT), 16'19 ; 3. S. Mezeghrane (402 RA), 16'20 ; 4. C. Oliveras (40 RT), 16'24 ; 5. H. Fharoun (93 Ram), 16'54
Cross long hommes. 1. A. Lahlali (48RT), les 9 553 m en 28'11 ; 2. M. Marda (1er RE), 28'12 ; 3. S. Munyutu (40 RA), 28'20 ; 4. R. Lindongo (1er RE), 28'23 ; 5. J. Theuri (7BCA), 28'28.

2008-02-03 17:43:09 : Abandons - 1 photo - 24 réactions

Une course de plus, une médaille souvenir à accrocher
Elle était bien sympa cette course populaire dans ce bois près de chez moi
Un verre de vin, même plus chaud, à la main, je rejoins déjà ma petite conscience qui commence à refroidir au milieu d’un parking
J’en ai renversé un peu partout de ce liquide rougeâtre comme si j’avais croisé des milliers de coureurs et qu’on s’étaient embrassés à pleine bouche en se montrant nos montres et des chiffres sensés changer notre vie
J’ai bien vu cette horde de maillots oranges déferler au départ mais que pouvais je y faire ?
Je me suis contenté de suivre le chemin de la facilité qui se résume dans un bon départ et des temps de passage au kilomètre 3 et 5 conséquent pour finir en runnings libres et avec ce sourire qui horripile le bien pensant
Et tout cela avec les encouragements de forumeurs avisés, que du bonheur dans ce monde que l’on voudrait si facilement décrier
Mais moi, je m’en moque, j’embrasse, je serre, je frôle
La course était terminée mais pas pour tout le monde
Incrusté à une barrière un pape à bonnet guette les arrivées, j’en profite pour le toucher, d’une foulée bondissante, il rattrape une victime désignée
Elle ose à peine lever ses yeux si bleus, ses griffes sont rétractées et elle crache son malheur
Abandon ! Quel drôle de mot…
Il y a des jours comme ça ou on se mire dans le miroir du chrono sans se soucier des tragédies de nos congénères
Ce sentiment qui vous rend plus léger ou plus lourd quand la seconde devient mieux ou de trop, je l’ai connu…L’abandon, pas encore.
Dans le dernier virage, je croise cette tribu que l’on ose nommer sous peine de s’attirer les foudres de ceux qui ne savent pas
Un geste, une accolade, un regard qui n’en dira jamais assez long
Quelques secondes pour quelques mots et je repars déjà
Combien d’abandons, de petites traces, laissons nous, derrière nous, sans nous en rendre compte…
Ma fille, mon autre monde, m’attend au bout de la rue
Non, je n’ai pas encore gagné, oui, je ne sens pas très bon et, promis, je penserais à me raser la prochaine fois
Il fait beau, un peu froid, et elle est là…et cela suffit à mon bonheur…

2008-01-31 14:39:46 : Un coureur peut en cacher un autre... - 1 photo - 19 réactions

Il est toujours plus facile de raconter la course après
dimanche, dans ce bois aux allures parisiennes, un autre défi m'attend, mais pas celui que l'on imagine
le départ sera difficile, tendu, je grommèlerais un peu dans la bousculade évidente d'une course populaire
le premier kilo risque d'arriver vite, si je suis bien placé, bien au contraire, il faudra attendre le troisième pour commencer à calculer et trouver le rythme qui m'emmènera au cinquième avec cette marge pour finir dans l'objectif...ouais, bien des théories, bien des scénarios que l'on peut lancer à l'envi, du moment que c'est sur son blog
et tout ça pour quoi ?
a chacun son monde, à chacun son combat
dimanche, dans les allées, des forumeurs vont se croiser, se toucher ou s'ignorer et je serais parmi eux
quelques uns me connaissent furtivement à travers quelques mots échangés
on comparera nos "faces de goules" (expression que je trouve amusante), en se disant que la tête ne va pas avec les mots, on existera le temps d'une foulée partagée, à échanger nos banalités de coureurs anonymes
on se trouvera beau, moins beau, voir carrément con et alors ?
je ne suis pas là pour vivre toute une vie avec vous
on le sait bien même s'il faut toujours ce petit éclat de séduction pour laisser croire...
non, je ne vous clamerais pas de vers ou de phrases savantes pour épater, je n'ai pas le profil
par pudeur, par timidité ou par méfiance on se jaugera du regard sans pour autant s'éviter
il n'y a pas à se justifier ou se comparer
tribus, clans et leurs éternels clochers, il n'y a que les intellectuels* pour s'y nourrir
je ne serais pas là pour savoir si on m'aime plus qu'un autre
dans mon short, il n'y aura que moi devant cette ligne de départ et si je dois scruter l'horizon avec cet air détaché qui fait révulser mes contradicteurs, c'est avec un plaisir non dissimulé que je le ferais
"sans arme, ni haine, ni violence..." simplement dans mes runnings et ce sourire en coin...


*certes, je n'appartiens pas à une profession intellectuelle, mais je pourrais me retrouver dans ces personnes "avant tout soucieuses de défendre des causes justes, fût-ce à leurs risques et périls..."

2008-01-29 09:14:28 : Pente douce - 1 photo - 29 réactions

Dimanche 27 janvier 2008, 13h33, Longjumeau
Dernière difficulté, je profite de l’erreur de mes adversaires du jour qui prennent l’intérieur du virage boueux et collant, pour me refaire une santé sur l’extérieur, moins meuble
Il ne reste plus que la butte glissante et l’interminable ligne droite pour en finir, enfin.
Je lance une dernière accélération sans trop de conviction, mon concurrent direct l’a senti et me contre méchamment dans un râle. Je laisse partir, me contentant de contrôler le retour de l’arrière
Et tout ça pour la 125ème place, quelle galéjade…
Je me remémore les paroles de ce coach breton, aux tempes grisonnantes et à l’œil alerte
-En duel, il faut toujours sprinter même si c’est pour la 150ème place, sinon t’as rien compris au cross…
De toute façon, je ne méritais pas
J’ai laissé partir la course, j’ai laissé passé ma chance, me contentant de vivre sur des acquis qui me fuient de plus en plus aujourd’hui
La hargne, la douleur du gars devant moi, me montre en live mes limites
Avec cette force de se sublimer au bon moment me laissant dérouler sur la pente douce
Comme si cela pouvait avoir de l’importance
Devant, une altercation éclate dans le couloir d’arrivée, une histoire de place volée, cela en vient aux mains, un coureur est expulsé des barrières
L’ironie du sort
Classement provisoire – Je suis 125ème et dernier qualifié individuel
Pas de quoi pavoiser, j’en suis même tout surpris, mais bon…
Sans me hâter, je rejoins la tente du club, récupère mes affaires. Loin du tumulte, loin des cris d’encouragements, loin de ces moments difficiles où scotché sur le parcours, j’ai serré les dents pour le maillot, je reviens au calme. Ma tribu m’attend au chaud, je ne serais pas ce héros, juste le coureur ordinaire d’une épreuve qui vous apprend l’humilité
Je ne le sais pas encore, mais demain je serais rétrogradé d’une place
Classement officiel FFA – 126ème et premier non qualifié
C’est clair, je ne le méritais vraiment pas…

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net