La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2010-03-16 14:31:57 : Et toi, à quel niveau cours-tu ?

Si l'excellentissime Stéphane nous demande pourquoi nous courons, on peut légitimement se poser cette question existentielle - Oui, mais à quel niveau ?
Au lieu de la jouer philo entre le bon ou le bon et se lancer dans l'éternel débat du lièvre et de la tortue, il suffit de consulter les bases FFA pour se faire ramener direct à la dure réalité.
En prenant comme base le 10km, nous apprenons que pour être classé NATIONAL chez les hommes il faut émarger en moins de 31'15, pour faire partie du club INTER REGIONAL un moins de 34'15 suffira quand à la majorité des autres champions de quartier, moins de 38'45 vous classe en REGIONAL et moins de 50' niveau DEPARTEMENTAL,,,de quoi se situer dans une certaine norme
N'oublions pas les Femmes qui, respectivement peuvent espérer avec un bon chrono
le niveau NATIONAL en moins de 37', l'INTER en moins de 41', le REGIONAL en moins de 47' et en dessous de l'heure un niveau DEPARTEMENTAL qui ne se refuse pas, évidemment.

Vous retrouverez dans ce lien tous les barèmes FFA par catégorie
Utile pour ceux et celles qui veulent vraiment savoir.

http://www.athle.com/asp.net/main.html/html.aspx?htmlid=62

Les réactions

Par toto, le 2010-03-16 15:37:35
et pour les transexuels ?
car quand je vois les chronos femme putain trop facile pour les inter

Par GGBI, le 2010-03-16 16:18:42
Salut Mielou,

Avec toutes ces années, je me demande toujours pourquoi je cours.

Surement pour toutes les raisons indiquées.

Mais surtout, le poids, la forme, les amis et parfois repousser les limites.

Pour fuir Maman, plus besoin de courir.

Par la palice, le 2010-03-16 16:48:42
Quelqu'un a une fois sur ce même forum donné la réponse a la question pourquoi tu cours ?
Reponse- roulements de tambour- parce que je vais plus vite qu'en marchand..

Par mieloup le vrai, le 2010-03-16 17:33:19
bonjour gentils camarades de jeux
je retiens la réaction de toto sur les scores féminins
il faut dire que je ne connais pas beaucoup de féminines en moins de 37 sur dix
l'année dernière elles étaient près de 100 contre 6500 hommes pour le même chrono
il est donc logique que leur niveau soit différent du notre, non ?

Par Le marchand marcheur, le 2010-03-16 17:33:49
Tout le monde n'est pas commerçant.

Mais j'aime bien les rue piétonnes, soit dit en marchant.

Par vétérans, le 2010-03-16 18:24:33
et les v1, v2, v3, etc...?

Par mieloup , le 2010-03-16 18:37:36
pas de classification pour les vétérans, le barème est le même pour tous

Par damien, le 2010-04-11 22:24:13
Bonjour,

j'ai vu que dans un post sur Armstrong vous aviez parlé de patrick brelivet : il me semble qu'à 42 ans...il bat de nouveau son record cette année !

a signaler, il mériterait quand même un peu plus les feux de la rampe

Par mieloup, le 2010-04-12 08:43:09
bonjour damien
effectivement, patrick devrait être un peu plus sur les feux de la rampe
avec 2h24 à Paris, juste derrière christelle Daunay pour l'anecdote, je pense qu'il mérite un coup de chapeau

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2010-03-11 15:09:27 : Trop de coureurs tuent le coureur - 1 photo - 19 réactions

Critique ou simple réflexion, quelle importance ?
Faire gambader plus de 20000 coureurs sur une route ne sera jamais une mince affaire, sauf pour le bien pensant qui sait ce qui est forcément bon pour notre petit monde. Mais n'est pas médisant qui veut, même le troll le plus confirmé.
15 ans en arrière, courir un semi en deux heures faisait briller la compassion dans les yeux des initiés, aujourd'hui, rien de plus élémentaire pour faire partie de la norme.
L'état d'esprit "tortue" à contribué à la perte d'identité du coureur compétiteur qui se retrouve même au banc de l'accusé quand celui ci ose demander un dossard préférentiel. Pourtant cette génération "qui ne courait pas vite" partait d'une belle initiative, ouvrir l'espace sans contrainte de poids ou d'age, un véritable melting pot ou tout le monde serait "amis" malgré les innombrables différences. Une véritable aubaine pour les marchands du temple qui en avaient marre des haricots mangeurs de salades et buveurs d'eau. Enfin un vrai produit de consommation bien rémunérateur que l'on retourne à coup de démagogie bien placée.
business is business...on va pas refaire notre société.
Chacun est libre de ses choix, comme de vouloir accrocher son dossard ou bon lui semble, c'est ainsi. S'engager sur une grande classique est devenue monnaie courante, qu'importe l'état, il faut la preuve. Après, c'est une question d'appréciation.
Il est sans doute préférable que la course à pied s'ouvre à la consommation de masse que de vouloir vivre en comité qui se voudrait élitiste mais vous savez bien que ce n'est jamais bon de tenter de donner son avis sous peine d'égo.
Le MDP se profile déjà, il y a l'option Rotterdam pour les accrocs du chrono, puis il y a ses petites coursinettes de quartier ou même le temps n'est pas officiel
La 3ème option a le mérite de ne pas avoir à se justifier à l'avance, ce qui est assez rare pour le mettre en lien

http://www.lamaisonnaise.com/

PS: C'est vrai que marchand du temple n'est pas un métier facile...

2010-02-09 09:10:12 : La réalité d'un temps - 1 photo - 29 réactions

S'il n'y avait que les moins de vingt ans qui ne pouvaient pas connaitre...
J'ai toujours été amusé par l'importance que l'on accorde au temps officiel et au temps réel.
Il faut avoir un certain charisme pour oser prendre le départ sur la ligne et j'avoue, ce n'est pas donné à tout le monde.
Le 10 bornes de Vincennes est un exemple. Près de 4000 coureurs et la même problématique. Comment faire pour que ce flot de runners s'écoulent sans trop de difficultés dans les rues du bois légendaire.
Bien évidemment, il y a les fameux sas et leurs dossards préférentiels que l'on justifie à coups de chronos officieux pour avoir cette chance infime de ne pas être gêné par la vague populaire. Comme tout loup qui se respecte, j'ai indiqué le meilleur score sur ce parcours et bénéficié du bon numéro, après c'est une question d'éthique. Non, je ne valais pas ce chrono mais personnellement, je ne pense pas avoir trompé l'âme de la course. Quand à ceux de l'arrière qui pourront toujours prétendre, je compatis mais je n'en pense pas moins. La course reste un combat et les secondes qu'on se dispute un simple jeu d'égo dans notre quête futile.

2010-01-17 17:51:29 : Solution de facilité - 1 photo - 16 réactions

Dans le meilleur des dimanches matins, on aurait pu envisager la bonne grasse mat', planqué sous la méga couette.
Mais voilà, faudra encore se trouver une violente excuse pour aller se salir les mollets sur ces maudits chemins de terre.
Pas obligé de comprendre, ni te justifier, mon pote, prends tes pointes, ton sac et va accrocher ton dossard sur ce maillot que tu as choisis.
Les tentes sont déjà dressées et les couleurs s'agitent autour, et toi, tu cherches le regard ami qui t'accompagnera pour ce dernier échauffement, cette dernière reco avant l'affrontement.
Le choix est simple, soit tu optes pour le flottant, débardeur sans chaussettes mais avec du 15, soit tu rejoins la horde des mecs faciles en collants et manches longues qu'un 9 ne traumatisera pas.
Le départ, comme d'hab', un bon coup de flingue et la meute se lâche à l'envi.
journée ordinaire d'un cross départemental qui ne mange jamais de pains mais de bonnes galettes
Le parcours aura beau être bucolique, les côtes, les pierres, les bosses, la boue, les descentes, ils auront tout fait pour nous rappeler à la réalité.
On ne s'improvise pas cross-man, on le devient par la force des choses.
Oui, perso, j'ai joué la solution de facilité, sans jamais prendre le risque de trop, ces départs assassins, ces descentes à l'arrache, ces buttes en bourrin, j'ai fait le métier sans jamais m'affoler, me contentant de finir au mieux pour l'esprit.
Mais ça, c'est déjà une autre histoire que seuls les initiés pourront comprendre...

2010-01-06 17:33:04 : Blogs Courseapied.net, mythes et réalités - 1 photo - 23 réactions

On savait qu'un blog pouvait servir à beaucoup de choses mais que, finalement, sa durée de vie restait bien limitée ( 3 mois)
Pourtant, il existe un endroit ou les choses ne se passent pas comme ailleurs
En tant qu'Ego centriste patenté, je me suis donc permis une exploration toute personnelle sur la blogosphère courseapied.net afin d'apporter une autre vision sur ces quelques olibrius (79 recensés à ce jour) qui persistent à entretenir ce drôle de mythe.
Je suis donc parti à la recherche de ces records en tout genre qui font les trésors.
en creusant au plus profond, je suis tombé sur le plus vieux billet qui date du 25/03/2005 et qui mettait en scène un sympathique coureur face à la neige, coureur évidemment connu puisqu'il s'agit tout simplement de Serge, le créateur du légendaire Forum
Ce fut le point de départ, pour tous les autres que je vais citer et qui, à leur manière, représentent la mémoire de ce lieu, souvent décrié, parfois horripilant, mais pourtant si attachant...
Commençons par le plus commenté, celui de Delphine, une légende à elle toute seule, chef de l'accueil des nouveaux qui osaient le journal extime, pas moins de 5770 commentaires. Cette marathonienne au cœur grand comme plus que ça, a su donner ce petit supplément d'âme indispensable pour faire vivre ce petit monde virtuel.Elle fut aidé dans sa tache par Fred, pilier ancestral qui, avec 3455 photos (record absolu) a donné plus que des couleurs à tous les anonymes qui font notre passion. Fred, delphine, serge...représentent les premiers pas suffisants pour créer le mythe.
Puis il y a eu les autres, je ne les citerais pas tous, mais ceux là sont déjà des stars qu'ils le veuillent ou non.
Kenlag, ce pseudo vous dit sans doute quelque chose, même s'il a disparu du circuit. Clair qu'avec 517 billets sur près de deux ans, ce coureur culinaire nous a démontré qu'on pouvait être prolifique. Mais sans ce grain de folie, comment vraiment exister ?
Je vais donc citer deux autres bloggeurs, inclassables, incontournables, qui ont contribué à la légende.
D'abord un OVNI, à lui tout seul, l'emblématique eric8, du brut à l'état pur qui accroche inévitablement. Celui qui n'a pas lu du eric8 ne pourra jamais comprendre...Puis voilà qu'explose un incroyable talent, nu de préférence, roi absolu du roman photo pour plus de 18 ans, excellentissime provocateur Jean-paul II qui va bouleverser les genres et provoquer la panique chez nos bien pensants.
De ces révolutions de comptoir, vont venir se télescoper des groupes colorés, tantôt des villes tantôt des montagnes et son riri national. Une faune fluctuante avec us et coutumes, sans oublier les inévitables trolls, vrais ou faux, parfois roublards parfois perfides, qui profitèrent de l'aubaine pour, enfin, accéder à la tribune.
Le plus célèbre reste, évidemment, mon ami de toujours, Rasmu, souvent imité jamais inégalé qui contribua personnellement à la disparition d'un bon nombre de forumeurs
J'ai oublié pas mal de protagonistes, acteurs directs ou indirects de cette petite famille virtuelle mais je ne pouvais les citer tous sans provoquer la fameuse jalousie.
Bien sur, je ne m'oublie pas et je sais l'importance que quelques lecteurs apportent à ce blog mais comme la modestie m'étouffe, j'ai bien peur de me blesser irrémédiablement aux mollets

Alors, pour ceux et celles que la réflexion ne rebute pas, je conseille ce lien fort instructif sur les blogs

http://fr.wikipedia.org/wiki/Blog

pour la petite fin, j'ai retenu ce passage

"Bien que la plupart des blogueurs hésitent à donner une définition claire de leurs intentions, la majorité des blogs s'utilise à des fins d'auto-représentation, et la plupart se forment autour des affects et des idées propres à leur(s) auteur(s). Utiliser un blog représente en effet un moyen de définir son identité, et en particulier une identité en ligne. C'est pour cette raison que la presse et l'opinion populaire sont parfois amenées à fustiger l'égocentrisme des blogs.
Toutefois, l'utilisation des blogs pour intéragir avec autrui peut aussi constituer un moyen d'explorer sa propre identité"

Santé à tous
votre serviteur
mieloup

2009-12-29 15:18:58 : Éternelle reprise - 1 photo - 20 réactions

Accepter la douleur est un fait, la subir, une erreur.
La reprise après blessure est toujours un moment particulier qui peut s'avérer fatal pour le moral.
Vous pouvez posséder la meilleure volonté du monde, il n'y a rien à faire contre la blessure physique.
oh, bien sur, on vous racontera l'histoire de ces surhommes qui font fi de tous les écueils mais ces surhommes, ce n'est pas vous ni ceux qui prétendent...La réalité est beaucoup plus sombre, regardez bien autour de vous et parlez moi plutôt de ces coureurs familiers qui, un jour, ont disparu définitivement du paysage sans raisons apparentes.
Malgré tout, pour ceux et celles qui ont encore la flamme et le potentiel physique pour continuer, il va falloir reprendre le chemin de l'entrainement. On accroche pas un dossard simplement pour le fun mais bien pour se mesurer.
C'est clair, les premières foulées seront incertaines, entre crainte de la rechute et l'anxiété de ne pas retrouver son niveau d'avant. Puis, le chemin se remet à défiler sous vos pieds, et on hésite encore à faire l'accélération de trop qui pourrait compromettre votre retour aux affaires.
Éternelle reprise quand tu nous tiens...
Nous sommes tous amenés à disparaitre, un jour ou l'autre, de ce circuit que nous nous sommes tracés. A nous de trouver le meilleur compromis pour retarder l'échéance.
Il suffira, parfois, d'une simple averse pour se persuader qu'il fait, finalement, meilleur à la maison.
Est ce vraiment la seule raison ou le temps de se remettre en question ?

Pour ma part, ce sera mon énième reprise pour autant de blessures, et dire que certains pensent que j'ai une vie facile...
moi aussi, je rejoindrais bien assez tôt, la cohorte des coureurs anonymes, fan de compétitions en tout genre, qui resteront, un matin, plus longtemps dans la chaleur de leur lit, une fois pour toute.
C'est inexorable mais c'est loin d'être triste.
Avouez le, il faut être vraiment fou pour pratiquer ce sport.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net