La course à pied Les blogs courseapied.net : mielou

Le blog de mielou

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2010-12-18 17:16:09 : Ce n'est qu'un au revoir...

Dis papa, pourquoi tu cours ?
c'est avec cette question que j'avais commencé l'aventure blog sur courseapied.net, c'est sur la même que je la termine.
Une aventure commencée en 2006 et qui connait son épilogue aujourd'hui
Il faut savoir tourner la fameuse page pour éviter celle de trop.
J'ai rencontré des personnes extraordinaires, d'autres moins, mais était ce l'essentiel ?
Celles et ceux qui passeront, un soir, sur ce blog défunt, en souriront surement
mieloup avec ou sans p a tiré sa révérence en ces lieux mais avait il vraiment le choix ?
Je vous embrasse, gens d'ici et d'ailleurs

http://www.youtube.com/watch?v=qRfEKZUNl3A&feature=related

Les réactions

Par mielou(p), le 2010-12-19 13:58:08
pour répondre aux réactions
oui je les lis, non je ne les publie pas
je sais que je vous retrouverai...
encore merci pour le partage

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2010-09-05 14:36:26 : Courir sans montre - 1 photo - 8 réactions

Décidé d'aller courir sans montre peut paraitre aussi simple que ça, pourtant, derrière vos sourires compatissants qui a osé l'aventure ?
Absorbé par le temps de passage obligé qui vous permettra forcément de battre le fameux record, nous avons oublié l'essentiel.
Oh, bien sur, comment dirait la légende, on éprouve du plaisir à se faire du mal, et c'est pas faux mais courir sans montre, ça c'est un concept qui interpelle.
Dès la porte franchie, le regard change. S'ouvre alors devant vous d'autres perspectives. On s'arrête enfin devant cette nationale que l'on traversait du coin de l'œil, la foulée s'adapte à l'environnement, le paysage se métamorphose, la route s'élargit, on commence à voir les gens, même la racine assassine, c'est dire...Le corps devient réceptif, il n'est plus soumis à la seconde si précieuse pour le puriste, exit le battement de cœur de trop, on accélère si on veut, on peut même ralentir histoire d'assouvir sa curiosité sur cet étrange oiseau gris cendré qui hante le bois légendaire.
Eh oui, on se laisse courir dans l'air avec comme seule contrainte de temps, celui de le prendre.
Évidemment, le murmure du vent dans les oreilles, le cliquetis du roulement du vélo qui vous dépasse, ce ne sont que des bruissements, qu'on oubliera bien vite, emporté par le tourbillon d'une société qui se moque bien de ces futilités d'esprit. La montre reviendra inévitablement à votre poignet, dicter ses lois, ses contraintes et, comme d'habitude, fatalistes nous accepterons l'état de fait.
Le temps ne s'arrête jamais, sauf quand on est mort, à quoi bon insister finalement.
Et si demain, je courais nu ?

2010-06-29 15:36:12 : Pour l'équipe - 1 photo - 5 réactions

Courir en équipe, drôle de concept pour une activité qui se voudrait égoïste.
Pourtant, sur la ligne de départ de ce marathon relais, plus de 300 relayeurs s'élancent, avec frénésie, pour aller taper dans la paume de son prochain.
Rien de plus simple que de passer le bon fluide à son voisin, suffit juste de ne pas se stresser en se demandant lequel d'entre nous est le moins rapide. Les calculs savants, les stratégies payantes, laissons cela aux pros et contentons nous de nous faire plaisir.
Seul dans ta course, face à ton destin, des amis t'attendent pour le dernier tour.
Ainsi va la vie des coureurs futiles qui, à défaut de se prendre la tête, finissent toujours main dans la main...

2010-06-10 10:52:38 : Peines et gloires d'un coureur anonyme - 1 photo - 10 réactions

Les yeux fermés, dossard 1654 à la poursuite d'un rêve.
02h24'31 à l'arrivée, de quoi relativiser plus d'un égo, mais qui es tu vraiment Patrick ?
32ème de l'épreuve masculine, 4ème français et 3ème vétéran 1, de quoi relativiser nos exploits de quartier et pourtant, tu trouveras toujours quelqu'un à redire, c'est ainsi...
Dans le confort feutré d'un cercle acquis, nous n'entendons que les applaudissements à notre gloire de coureur et préférons parler de notre "life" à nous, loin de la véritable réalité du terrain.
Châteaulin aurait pu être un joli port de pêche, dans ce Finistère perdu au bout du monde. On y entre dans la légende comme on en ressort, dans un souffle.
Sur une piste en terre détrempée, balayée par les vents perfides, sous l'œil avisé du légendaire coach Jo, tu tournes et tu as mal. Pour un résultat que les bien pensants trouveront futile, tu ne lâches rien et tu vas jusqu'au bout de cette terrible séance.
Combien de fois je t'ai envié, noyé dans ton ombre, me contentant d'éclat éphémère. De ma vie, jamais je n'atteindrais ton niveau. J'ai beau faire le joli parleur qui semble savoir, je reste assis là, à te regarder évoluer dans cette bulle sans pitié.
Tu n'es pas un causant, et alors, pourquoi le serais tu ? ton ombrage est une force et ta réponse est sur les chemins.
Profil bas messieurs, car, qui peut se vanter ici, hormis gérard M., d'avoir toucher l'inaccessible.
Ce post est dédié à mon ami Patrick Brélivet, un homme qu'on aime rustique et qui, loin des préjugés et des qu'en-dira-t'on, le long de cet aulne mystérieuse, dans le brouillard, mouillé comme un chien, continue d'avancer sans se soucier de savoir s'il fera beau demain.

2010-03-29 16:09:05 : Courir utile - 1 photo - 13 réactions

Au départ, il y a ce sédentaire, planté devant son écran d'ordi, à pérorer sur le monde, puis, il y a cette réflexion, perfide, venue de derrière, sur son physique pas si avenant...
Il y a toujours un début et on se moque bien de savoir le facteur déclenchant, aujourd'hui, il faut apprendre à courir utile si on veut trouver sa place sur l'échiquier.
Tortues, lièvres, le concept reste un concept, l'idéal serait d'évoluer dans le fameux cercle sans heurter les sensibilités.
Mais voilà, il y aura un toujours un plus gros ou un plus maigre pour donner sa meilleure façon de marcher...
Il suffirait, pourtant, d'écouter simplement son corps, ses besoins et tout de suite les lignes se mettraient à danser différemment.
Vous pouvez lire du mieloup aussi, (par défaut, il va de soi), boire des bières ou du coca zéro, manger des fraises tagada à s'en rougir la bouille, des chamallow, honteusement piqués à une petite conscience, et même des gâteaux qui font courir plus vite. Une seconde de plus, une seconde de moins, promis, je ferais mieux la prochaine fois.
Dossard accroché sur la poitrine, le vent dans la gueule, au milieu du peloton, je suis vivant et j'emmerde rasmu* car j'adore ces futilités qui donne à notre vie cette autre perspective...

*pour les néophites rasmu est aussi un concept d'intelligence supérieure que j'affectionne par compassion malgré son trollisme aigu à tendance obsessionnelle

PS: la photo rappellera des souvenirs aux plus anciens...

2010-03-16 14:31:57 : Et toi, à quel niveau cours-tu ? - 1 photo - 9 réactions

Si l'excellentissime Stéphane nous demande pourquoi nous courons, on peut légitimement se poser cette question existentielle - Oui, mais à quel niveau ?
Au lieu de la jouer philo entre le bon ou le bon et se lancer dans l'éternel débat du lièvre et de la tortue, il suffit de consulter les bases FFA pour se faire ramener direct à la dure réalité.
En prenant comme base le 10km, nous apprenons que pour être classé NATIONAL chez les hommes il faut émarger en moins de 31'15, pour faire partie du club INTER REGIONAL un moins de 34'15 suffira quand à la majorité des autres champions de quartier, moins de 38'45 vous classe en REGIONAL et moins de 50' niveau DEPARTEMENTAL,,,de quoi se situer dans une certaine norme
N'oublions pas les Femmes qui, respectivement peuvent espérer avec un bon chrono
le niveau NATIONAL en moins de 37', l'INTER en moins de 41', le REGIONAL en moins de 47' et en dessous de l'heure un niveau DEPARTEMENTAL qui ne se refuse pas, évidemment.

Vous retrouverez dans ce lien tous les barèmes FFA par catégorie
Utile pour ceux et celles qui veulent vraiment savoir.

http://www.athle.com/asp.net/main.html/html.aspx?htmlid=62

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net